Left Nav Right Nav

Left Container Right Container
 

  Forum Franais

 
  #1  
28 Jun 2014, 09:59 AM
 
: Jun 2014
:
: 380
La description du jene du Prophte : par l'honorable cheikh Abd El Ghani AOUSSAT




La description du jene du Prophte*


- -



Par lhonorable cheikh

Abd El Ghani Aoussat


Traduit et prfac par

Abou Fahma Abd Ar-Rahmn Ayad


Au Nom d'Allh, Le Trs-Misricordieux, Le Tout-Misricordieux



Louange Allh, Il a fait que l'islam soit une religion de Savoir, d'adoration et de prdication. Il l'a difi sur cinq piliers dont chacun renferme des enseignements et des pratiques, qui, tous, renseignent sur le fait que la religion musulmane est complte et paracheve. Allh - Lui la Magnificence- nonce ((Aujourdhui, J'ai amen pour vous votre religion son point de perfection ; J'ai accompli sur vous Mon bienfait et J'ai agr l'islam pour vous comme religion)) El M'ida (La Table) V : 3.
En effet, en plus de l'Attestation de Foi, de la Salt, de la Zakt et du Hadjdj, qui sont des cultes extrmement bnfiques et indispensables pour une vie quilibre, le jene du mois de Ramadan vient, lui aussi, renforcer cet norme difice qu'est l'islam.
Un mois bni par notre Crateur - Lui la Puret-. Bndiction qui vaut laugmentation de la rcompense des pratiquants des diffrentes uvres de bien, donnant ainsi ladoration un caractre plus mritoire. Le Prophte a dit : Le mois de Ramadan vous est venu, un mois bni, Allh vous a prescrit de le jener. Rapport par An-Nas, et par El Beyhaqi.
De plus, Allh -Exalt soit-Il- a fait que les signes de Sa Misricorde y soient bien manifestes. Les hadiths ci-aprs dnotent, entre autres, quelques uns de ces signes. Le Messager d'Allh dit : Quand vient [le mois de] Ramadan, on ouvre les portes du Paradis, on ferme celles de l'Enfer et les diables seront enchans. Hadith rapport par Mouslim, d'aprs Abou Houreyra -quAllh lagre-.
Il a aussi dit : Quiconque jene le mois de Ramadan avec foi et recherchant la Face d'Allh et sa rcompense, tous ses pchs antrieurs seront absouts (pardonns). Hadith unanimement reconnu authentique.
Beaucoup d'autres hadiths stipulent cet tat de fait. Il y a ici un double enseignement tirer : d'une part, cela montre l'immensit de la Misricorde d'Allh faite au musulman, et c'en est, d'autre part, un facteur qui devrait motiver ce dernier augmenter le rythme de ses actes cultuels durant ce mois.
Cela tant dit, du nombre, trs important, des bonnes uvres dont le croyant est vivement exhort accomplir durant ce mois bni, figurent les suivantes :
1. La Salt nocturne [Qiym El-Leyl] :
La clbration de la salt de la nuit est une adoration particulirement distingue durant le mois de Ramadan.
Le Prophte a dit : Celui qui veille pratiquer la salt des nuits de Ramadan avec foi et recherchant la Face d'Allh et sa rcompense, tous ses pchs antrieurs seront absouts (pardonns). Unanimement reconnu authentique.
2. Laumne :
Dans sa vie toute entire, le musulman est appel prendre exemple de son Prophte . Ainsi, durant ce mois, le cousin et compagnon du Prophte , cAbd Allh Ibn cAbbs -quAllh les agre le dcrit en disant : Le Messager d'Allh tait l'homme le plus gnreux. C'tait au mois de Ramadan quand il rencontrait Djibrl qu'il tait plus gnreux encore. Or, Djibrl le rencontrait chaque nuit de Ramadan et lui faisait tudier le Qour'n. Certainement, le Messager d'Allh , quand Djibrl le rencontrait, tait plus gnreux dispenser le bien que le vent qui souffle sans arrt. Hadith unanimement reconnu authentique.
3. Lire le Qour'n :
Les musulmans savant que le Noble Qour'n est descendu au mois de Ramadan. Le Trs-Haut dit ((Le mois de Ramadan au cours duquel le Qour'n a t descendu comme guide pour les gens ))El Baqara (La Vache) V : 185. Cela souligne l'importance de lire la Parole divine durant cette priode, plus particulirement. En effet, ce fut l'attitude du Prophte qui tudiait le Qour'n en la prsence de l'Ange Djibrl, ce qui constitue, par ailleurs, un facteur qui encouragera le croyant tre plus actif dans la pratique des uvres de pit. Le dire de cAbd Allh Ibn cAbbs cit prcdemment notifie clairement cela.
Aussi, s'adonner la rcitation du Qour'n pendant ce mois tait la conduite bien distincte des pieux prdcesseurs [As-Salaf As-Slih]. On a ainsi rapport que l'Imam Mlik -quAllh lui fasse misricorde-, lorsque le mois de Ramadan arrivait, fermait tous ses livres, prenait son Moushaf (exemplaire du Qour'n), et refusait de donner des fatwas ou de rpondre aux questions des gens ; il disait : Voil le mois de Ramadan, le mois du Qour'n., et il restait dans la mosque jusqu' la fin du mois de Ramadan. Et ce fut galement le comportement de l'imam Ahmed -quAllh lui fasse misricorde- et de beaucoup d'autres savants et adorateurs, parmi nos pieux prdcesseurs.
Et le Prophte a dit : Lisez le Qour'n, car le Jour de la Rsurrection il intercdera ses partisans (ceux qui le lisent et le pratiquent). Rapport par Mouslim, d'aprs Abo Oumma -quAllh lagre-.
4. Se rappeler frquemment d'Allh, Lui demander pardon et L'invoquer :
Tous ces actes sont des plus importants auxquels le croyant doit fortement tenir en tout temps, mais, un intrt particulier devrait en distinguer ce mois d'adoration. Reliant les diffrentes uvres au jene, Le Seigneur de l'Univers - Lui la Gloire- dit (( ceux et celles qui observent le jene, () ceux et celles qui invoquent souvent Allh : tous Allh a prpar un pardon et une norme rcompense)) El Ahzb (Les Coaliss) V : 35 ; et Il dit aussi (( et ceux qui implorent pardon (d'Allh) juste avant l'aube)) El cImrn (La Famille d'Imran) V : 17.
En outre, Allh -Trs Haut soit-Il-, a promis ses croyants serviteurs d'exaucer leurs prires. Car, aprs avoir nonc les Versets qui prescrivent le jene du mois de Ramadan, Il a affirm qu'Il ralise les invocations de ceux qui linvoquent en disant (( Le mois de Ramadan au cours duquel le Qourn a t descendu () Et quand Mes serviteurs t'interroge Mon sujet, [qu'ils sachent que] Je suis tout proche : Je rponds l'appel de celui qui Me prie quand il Me prie)) [El Baqara (La Vache) V : 185-186]. Des hadiths viennent aussi tayer ce sens, notamment son dire : Certes, durant le mois de Ramadan, Allh dlivre des gens du Feu chaque jour et chaque nuit ; et certainement, chaque musulman a une invocation y faire, celle-ci lui sera exauce. Recueilli par El Hkim.
Nous prions notre Seigneur de nous dlivrer du Feu, ainsi que nos pres et mres, nos enfants, nos familles et tous les musulmans ; dagrer nos uvres, dont le jene du mois de Ramadan, et dexaucer nos invocations, Il est certes Audient et Tout-Puissant.
Dans le prsent opuscule, notre honorable cheikh, son minence Abd El Ghani Aoussat -quAllh le garde-, puise de sa science et de son savoir de la Sounna et du Fiqh (droit islamique), afin de faire dcouvrir ses frres musulmans, francophones et autres, comment le Prophte pratiquait cette adoration, infiniment vnrable, quest le jene, notamment le jene du mois de Ramadan.
En dpouillant ce livret, les frres et surs lecteurs et lectrices, auront loccasion dapprendre, avec enthousiasme et passion, les plus importants sujets inhrents au jene, et dont personne ne peut sen passer. Leur intrt tant extrmement important, tellement que la validit de cette adoration et son acceptation, par notre Seigneur Ador, dpend deux.
Le livre est le fruit du vouloir du cheikh -quAllh le prserve- de dcrire le jene du Messager . Description qui est mme de permettre aux musulmans, une fois quils auront pris connaissance des dtails du sujet, de prendre exemple sur leur Prophte , ce qui, par ricochet, les amnera rechercher la Satisfaction de leur Seigneur -Trs-Haut soit-Il- : une qute religieuse reprsentant le souhait suprme du musulman. Il y a en fait dans lexemple du Prophte une voie dans laquelle ses suiveurs y arriveront srement, sil plait Allh.
Ainsi, au cours des questions traites, le cher lecteur lira sur les rgles et jugements du jene, les actes permis, les actes obligatoires et les actes souhaitables, mais aussi ceux qui sont interdits ou du moins dconseills de faire en accomplissant cette adoration, les vertus et les mrites du mois de Ramadan sont eux aussi mentionns, lintention concevoir pour jener ce mois, les personnes dispenses de jener, les actes qui annulent le jene, pour arriver la fin la zakt ou aumne relative lAd-el-fitr, par laquelle le jeneur clture son jene du mois de Ramadan.
Nous esprons enfin que chaque lecteur profitera de sa lecture, apprendra les rgles du jene, mais quil saura galement combien sont merveilleuses les adorations lgifres par sa religion, toute parfaite : lislam.



Abo Fahma Abd Ar-Rahmn El Bidj
Bjaia, au matin du dimanche 17 Chabn 1435
Correspondant au 15 juin 2014 G.





Khotbt el Hdja :
Certes, la Louange est Allh, nous Le louons, implorons Son Secours et Lui demandons le Pardon. Nous nous protgeons par Allh contre le mal de nos propres mes et contre les maux engendrs par nos mauvaises actions. Celui qu'Allh guide, nul ne pourra l'garer, et celui qu'Il gare, nul ne pourra le guider.
Et j'atteste qu'il n'y a point d'ador part Allh, Seul sans aucun associ, et j'atteste que Mouhammed est Son serviteur et Messager.
((Ô vous qui croyez ! Craignez Allh comme Il mrite dtre craint et veillez ne mourir qu'en Musulmans ! ))Êl cImrn (La Famille dImran), V. 102.
((Ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a crs d'un seul tre et qui, ayant tir de celui-ci son pouse, fit natre de ce couple tant d'hommes et de femmes ! Craignez Allh au Nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens de sang. Certes, Allh vous observe en permanence. ))An-Nis' (Les Femmes), V. 1.
((Ô vous qui croyez ! Craignez Allh et parlez avec droiture, afin qu'Il rforme vos uvres et absolve vos pchs. Quiconque obit Allh et Son Messager obtiendra un immense succs.)) El Ahzb (Les Coaliss), V. 70-71.
Aprs cela : certes, la Parole la plus vridique est celle d'Allh, et la meilleure conduite est celle de Mouhammed -Prire et Salut d'Allh sur lui-, et les choses les plus mauvaises sont les innovations religieuses, et toute innovation religieuse est hrsie, et toute hrsie est garement, et tout garement est vou au Feu de lEnfer.
Ceci dit, Allh -Exalt et Trs-Haut soit-Il- lorsquIl a prescrit aux gens des obligations, et leur a intim des ordres et dmontr des pratiques, Il a envoy le Prophte de la guide , et ce afin quil clarifie aux gens laffaire de cette religion. Ainsi, Allh -Exalt et Trs-Haut soit-Il-a cit par exemple le jene (As-Sawm) dans le Noble Qourn, et a ordonn aux gens de jener, tel que dans Sa Parole -quIl soit Trs-Haut- ((Donc, quiconque dentre vous est prsent en ce mois, quil jene ! )) El Baqara (La Vache), V. 185.
Cependant, beaucoup de gens ne connaissent pas la manire de faire le jene lgifr, ses devoirs, ses obligations, son thique, ses actes souhaitables, et tout ce qui est relatif parmi ses jugements dont il lui incombe de dlaisser et viter, et parmi ce quil lui est obligatoire de faire et raliser.
Cest pourquoi nous avons jug bon aujourdhui de traiter un sujet sur le jene. Et cela en dmontrant ce qui en est relatif dentre ses vertus, et celles par lesquelles Allh -Le Trs-Haut- a spcifies le mois de Ramadhan, afin que le jeneur atteigne le salaire attribu ainsi que le mrite [de ce mois de jene] ; ceci sil le pratique bonnement et sil runit, galement, les causes de la validit et de lacceptation.
Donc, frres et surs ! Le Prophte est lexemple suivre des musulmans. Ceux-ci doivent lui ressembler et sattacher sa conduite. De mme, ils doivent sappliquer [ ses ordres] et suivre ses traces, afin que chacun soit correct dans ses uvres.
Car, parmi les conditions de la validit et de lacceptation de luvre, que le pratiquant soit suiveur, dans ses actes, du Prophte .
Donc, nous voulons aujourdhui commencer, en parlant du jene, par sa dfinition.
Dfinition du jene (As-Siym) :
Linguistiquement, le jene veut dire : labstention, sabstenir de parler ; de mme que de sempcher de faire ce dont la personne a dcid de sen abstenir. Cela tel que dans Sa Parole -quIl soit Trs-Haut- (( Assurment, jai vou un jene au Tout Misricordieux : je ne parlerai donc aujourdhui aucun tre humain ))Meriem (Marie), V.26.
Et conventionnellement, tel que les savants ladoptent : le jene est une abstention spcifique, dans un temps et dune manire spcifiques. Ceci pour que lhomme saisisse son importance.
Et nous savons que le jene du mois de Ramadhan est parmi les grands piliers, que le Sage Lgislateur a tabli comme un des piliers de lislam. Il a galement tabli que ce pilier jouisse de beaucoup de jugements. Ainsi, sont parvenus des versets conformes et clairs dans le Livre dAllh, dmontrant le mrite du jene. Cela jusqu ce quIl ait cit les jeneurs et les jeneuses comme tant du nombre de Ses meilleurs et pieux serviteurs. Il les a choisis et prfrs aux autres ((Si vous accomplissez le jene, cela est meilleur pour vous si vous savez )) El Baqara (La Vache), V.184. Les versets ce sujet son clairs.
Cest pour cela quon peut dire :
Parmi les vertus du jene, frres :
1. Il est une prvention et une protection : le Prophte a dmontr cela. C'est--dire, celui dont lenvie est forte, lenvie davoir des rapports conjugaux, mais ne pouvant se marier, quil jene. Tel que ceci est cit dans le hadith dibn Masod quAllh lagre : Ô assemble des jeunes ! Celui qui peut supporter les dpenses du mariage quil se marie. Car le mariage encourage de baisser le regard, et de prserver son sexe ; et celui qui ne peut pas, quil jene, car cen est une protection. 1
Donc, le Prophte a montr comment doit tre le jene : de cette manire et de cet aspect que lhomme ralise.
Il a galement dmontr, dans plusieurs hadiths, que le jene loigne le serviteur et son visage de lEnfer, et ce par soixante dix annes, tel que cela est attest dans des hadiths parmi lesquels :
Le hadith dAbou Sad el Khoudri, quAllh lagre, que le Prophte lu a dit : Il ny a pas de serviteur qui jene un jour pour Allh sans quIl nloigne son visage du Feu par soixante dix automnes (annes). 2
Il a dmontr donc que le jene est une protection contre le Feu. Par le jene, le serviteur se protge du feu de lEnfer. Gnralement, cest par cela quon saisit cette premire vertu.
2. Le jene est le sentier des gens du Paradis. Il fait entrer son pratiquant au Paradis, tel que le Prophte la expliqu ses compagnons. Parmi ces derniers il y a Abou Oumma el Bhili, qui a demand au Prophte de lui montr ou de le guider vers une uvre qui le fera entrer au centre du Paradis. Il a dit : jai interrog le Prophte en disant : Ô Messager dAllh ! Guide-moi vers un acte par lequel jentrerai au Paradis. Le Prophte lui a alors dit : Applique-toi au jene, car il na pas de semblable. 3 De mme, il a dit Houdheyfa ibn el Yamn quAllh -LeTrs-Haut- lagre, quand il la interrog sur ces uvres mritoires : Ô Houdheyfa ! Celui qui on clture (son uvre) par le jene dun jour en voulant le Face dAllh Le Tout-Puissant, Allh le fera entrer au Paradis. 4 Ceci est donc une autre vertu.
Le jene contient aussi de la patience :
Ô mes frres : lhomme lorsquil jene ressent de la difficult, il trouve galement de la gne mais il supporte tout cela, et il maitrise sa volupt et ses nerfs. Il maitrise tous ses organes, son me et son tre. Cela est en effet une preuve. Sans aucun doute, le jeneur, dans ce cas, est patient et persistant dans cette manire et cette allure. Alors, vous savez, tel quil est avr daprs ibn Masod qui a considr le jene comme La moiti de la patience , ou La patience toute entire .
Ainsi, Allh -Exalt et Trs-Haut soit-Il- a accord aux jeneurs une rcompense double et croissante, tel que cela est connu du hadith dAbou Houreyra : Hormis le jene, il est Moi et cest Moi qui en donne la rcompense. 5
Car, les jeneurs peuvent tre diffrents dans la rcompense, celle-ci est lie la patience, lendurance, limplication et au fait de sattacher lthique du jene, ses jugements et ses murs, de mme que de sarrter ses limites. Et cela tel que notre Seigneur -Exalt et Trs-Haut soit-Il- a dit ((Certes, les patients recevront leur rcompense sans compter ))Az-Zoumar (Les Groupes), V.10.
Il est en outre du mrite du jene :
Que le jeneur aura deux joies :
Le Prophte a dit : Le jeneur a deux joies quil ressentira ; la premire joie est quand il rompt son jene, et la seconde est quand il rencontrera son Seigneur -Exalt et Trs-Haut soit-Il- le jour de la Rsurrection.
Sans aucun doute, il sera paisible et heureux de son uvre, et il le sera aussi en recevant sa rcompense auprs de Son Seigneur -Exalt et Trs-Haut soit-Il-. Allh -Le Trs-Haut- a de plus fait que lodeur qui sort de la bouche du jeneur, que les gens dtestent car elle est mauvaise, Allh a fait quelle soit plus bonne que celle du musc. Cette odeur sappelle : el khoulof.
En gros, toutes ces vertus vous les trouverez rassembles dans un hadith profitable, accompli et exhaustif, daprs Abou Houreyra -quAllh lagre-, le Prophte a dit : Allh -quIl soit Trs-Haut- a dit : Toutes les uvres du fils dAdam sont pour lui except le jene, il est pour Moi et cest Moi qui en donne la rcompense. Le jene est une protection. Le jour o lun de vous jene, quil ne profre pas de mauvaises paroles et quil ne crie pas. Et si quelquun linsulte ou le bat, quil dise : je suis une personne jeneuse. Et par celui qui dtient lme de Mouhammed dans Sa Main ! Lodeur de la bouche du jeneur est plus agrable, auprs dAllh, que celle du musc. Le jeneur a deux joies quil ressentira : quand il rompt son jene, et quand il retrouvera Son Seigneur. 6
Dans une autre version7, Allh fait lloge de ce serviteur qui pratique cette obissance, et a fait leffort de jener tout en sattachant ses exigences et ses normes, Il a dit Il dlaisse sa nourriture, sa boisson et son envie pour Moi. Le jene est Moi, et cest Moi qui en donne la rcompense, la bonne action vaut dix de semblables.
Nous saisissons donc ce mrite et ces vertus, dont Allh -Exalt et Trs-Haut- a rappel comme faveurs aux jeneurs ; Il les leur a accordes. Ô frres et surs !
De plus, le jene intercde pour le serviteur le jour de la Rsurrection :
Il est avr daprs le Prophte en disant : Le jene et le Qourn intercderont au profit du serviteur le jour de la Rsurrection. Le jene dira : Ô Seigneur ! Je lai empch de sa nourriture et de son envie ; accorde-moi alors lintercession pour lui. De mme, le Qourn dira : Je lai empch de dormir la nuit, accorde-moi alors lintercession pour lui il a dit (le Prophte ) : et lintercession leur sera attribue. 8
Par ailleurs, le sage Lgislateur a considr le jene comme une expiation [des pchs]. Cette vertu est accorde exclusivement au jene et son pratiquant.
Allh a fait que cette dernire soit spcifique au jene et distincte des autres pratiques religieuses. Par exemple : Allh a fait que le jene soit une expiation pour le rasage de la tte pendant lacte de sacralisation [el ihrm], en vue de la survenue dun empchement tel que une maladie ou une nuisance, et en ne pouvant pas gorger [un mouton ou autre].
Le jene est galement une expiation pour quiconque tue quelquun par erreur, ou tue une personne relie par un pacte [avec lÉtat], et aussi pour le fait de ne pas appliquer la chose pour laquelle on a jur, et de tuer les animaux chasss du Haram, ainsi que de jurer sur sa femme (de ne pas faire le rapport avec elle). Et ainsi dautres uvres dont le sage Lgislateur a fait que le jene leur soit un acte expiatoire. Cela veut dire que le serviteur expie ses fautes et saffranchit par le jene. Le lgislateur la conu comme suit :
-Trois jours de jene pour expier le serment non accompli [el hnth].
-Deux mois de jene successifs pour expier le dhihr. C'est--dire le fait de dire son pouse : tu es comme le dos de ma mre, quil ne fait pas de rapport avec elle.
-tuer par erreur, deux mois successifs.
-Et aussi pour celui qui ne peut pas faire le hedy (gorger une bte lors du hadjdj). Il jene dix jours : trois au hadjdj, et sept jours lorsquil retourne chez lui. Et ainsi de suite.
En somme, Allh -Exalt et Trs-Haut soit-Il- a dmontr les vertus du jene.
Il est aussi du mrite et des particularits des jeneurs et du jene :
Allh -Le Trs-Haut- a spcifi aux jeneurs une porte du Paradis par laquelle ils y rentreront seuls, sans personne dautre, except quelquun qui jene comme eux.
Ceci est argument par le hadith de Sehl ibn Sad As-Sidi quAllh lagre, quand il a dit : le Prophte a dit : Il y a dans le Paradis une porte quon appelle Er-Rayyn, les jeneurs y pntreront le jour de la Rsurrection, nul nentrera hormis eux ; on dira : o sont les jeneurs ? Ceux-ci se lveront et personne part eux ny accdera, et quand ils entrent, la porte se ferme et aucun ne pntrera. 9 Ce hadith fait montre du mrite du mois de Ramadhan, voire du jene en gnral.
Outre cela, le jene dont le mrite augmente est celui qui est reli une occasion, tel que le mrite du mois de Ramadhan qui est un des piliers de lislam. Allh Exalt et -Trs-Haut soit-Il- a accord ce mois des vertus et des caractristiques nombreuses parmi lesquelles :
- Jener ce mois accroit son mrite, le Qourn tant descendu en ce mois tel quil est cit dans le noble verset ((Le mois de Ramadhan au cours duquel le Qourn a t descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement ))El Baqara (La Vache), V.185.
Ainsi, ce verset montre que la vertu de ce mois est le fait que le Qourn y est descendu.
Jener le mois de Ramadhan comporte un mrite immense, frres, et contient une rcompense grandiose.
- De mme, durant ce mois, les diables sont enchans, et les portes des Feux se ferment et celles du Paradis souvrent. En gnral, dans ce mois, le mal samoindrit sur la terre, et on attache les rebelles parmi les djinns avec des chanes et des jougs. Ainsi, ils ne peuvent pas corrompre les gens ni les garer.
Cest pour cela que le Prophte a dit : Quand vient Ramadhan, on ouvre les portes du Paradis, on ferme celles du Feu et on attache les diables 10. Et dans une version de limam Mouslim : On ouvre les portes de la misricorde, on ferme les portes de la ghenne et on enchane les diables. 11
- De plus, parmi les choses qui augmentent son mrite, il y a le fait quAllh -Exalt et Trs-Haut soit-Il- ait conu une nuit meilleure que mille mois, cette dernire est la nuit du destin [leylet el Qadr]. Et cela augmente le mrite de ce mois. Notre Seigneur -Le Tout-Puissant- a dit ((Nous lavons, certes, fait descendre (le Qourn) pendant la nuit dEl Qadr. Et qui te dira ce quest la nuit dEl Qadr ? La nuit dEl Qadr est meilleure que mille mois )) El Qadr (La Destine), V.01-03.
Et le Prophte a voqu le mrite de cette nuit.

En outre, le jene se rpartit en deux types : jene surrogatoire, et jene obligatoire toute personne.
Nous trouvons par exemple parmi le jene obligatoire, le jene de Ramadhan dont nous sommes en train de citer les jugements, et la conduite du Prophte , comment tait son jene ; et cela afin que lhomme saisisse la faon du jene du Prophte et jene comme lui et que son jene, si Allh le veut, soit comme le sien, ce qui lui attribuera une bonne rcompense et une meilleure rtribution.

Il y a galement le jene surrogatoire dont les occasions diffrent. Cest ce que lhomme fait en surrogation, ce nest pas une obligation pour lui.

Mais lobligation est pour le jene de Ramadhan, celle-ci est claire. Il incombe lhomme de jener ce mois.
La preuve, tel que nous lavons cite, est le noble verset ((Donc, quiconque dentre vous est prsent en ce mois, quil jene ! )) El Baqara (La Vache), V.185. Celui qui fait un effort et jene ce mois est meilleur, conformment Sa Parole -quIl soit Trs-Haut- ((mais il est mieux pour vous de jener ; si vous saviez ! )) El Baqara (La Vache), V.184.
Tandis que celui qui ne peut pas, il na pas la force quil faut, quil ne sefforce pas pour ce quil ne peut pas, car son Seigneur la exempt, et lui a facilit et lui a attribu une excuse tel quIl a dit dans le noble verset ((Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter (quavec grande difficult), il y a une compensation : nourrir un pauvre. )) El Baqara (La Vache), V.184 ; et tel quIl a dit aussi ((Et quiconque est malade ou en voyage, alors quil jene un nombre gal dautres jours )) El Baqara (La Vache), V.185. Cela pour quIl nous indique que le fondement en cela est de fournir un effort, de jener, et que celui qui est prsent en ce mois il lui faut de le jener pour les vertus et la rcompense quil contient.

Et le Prophte a incit jener le mois de Ramadhan, et a considr parmi les incitations, le fait quil ait dmontr aux gens que labsolution des pchs est conditionne par le jene, en ayant la foi et en aspirant la rcompense. Ainsi, le sage Lgislateur a incit le jener en citant son mrite et son haut gard.

Donc, si lhomme a des pchs, soient-ils au nombre de lcume de la mer, mais sil jene correctement et purement pour Allh, en ayant la foi et laspiration ce que son jene soit accept, cela constituera une absolution de ses pchs prcdents. Cela en vue du dire du Prophte daprs le hadith dAbou Houreyra quAllh lagre : Quiconque jene Ramadhan en ayant la foi et laspiration de son acceptation, on absoudra ses pchs prcdents. 12 De mme que dans un autre hadith : Les cinq salts, et lintervalle de deux vendredis, et lintervalle de deux Ramadhans sont des expiations pour les pchs qui y sont intervenus, si les grands pchs sont vits. 13 De manire gnrale, ces hadiths montrent le mrite du jene et comment le Prophte a incit jener.

De plus, au cours de son jene, les invocations du jeneur sont exauces par Allh -Exalt et Trs-Haut soit-Il-. Il exauce ses prires, et Il dlivre ce jeneur du Feu, tel que ceci est avr par le Prophte qui a dit : Allh -Bni et Trs-Haut soit-Il- a des gens dlivrs [du Feu] chaque nuit, et chaque musulman a, chaque jour et nuit, une invocation exauce. 14

Ces vertus augmentent lattachement des gens au jene, lintrt quils portent au jene, de mme que leur attention sinstruire sur ses rgles et ses jugements afin que chacun jene ce mois dune manire correcte et authentique. Ce qui leur permettra de gagner une rtribution complte et parfaite, si Allh le permet.

Quelques rgles concernant le Ramadhan :
- Par quoi se ralise le dbut du mois de Ramadhan ? Ce mois dbute en comptant la dure de chabn.
Soit la lune apparat, c'est--dire dans la nuit ou le jour du vingt-neuvime, la nuit du vingt-neuvime est celle du trentime jour. On surveille lapparition de la lune, et si celle-ci apparat, le mois de Ramadhan commence. Ainsi, les gens commencent jener. Et si la lune napparat pas, on compte trente jour la dure du mois de chabn.

Cela tel quil est attest de la part du Prophte en disant : Jenez en voyant [la lune] et rompez le jene en la voyant galement ; et si cette dernire napparat pas, finalisez les trente jours de Chabn. 15

Et il est dit dans une autre version : Ne jenez pas jusqu ce que vous voyiez la lune, et ne rompez pas le jene jusqu ce que vous la voyiez aussi ; et si vous narrivez pas la voir, estimez le nombre de jours du mois de Chabn. 16 C'est--dire, cette estimation en comptant et finalisant la dure jusqu la fin du mois. Cest ainsi quil faut faire.

- Et il nest pas permis aux gens de considrer le jene de Ramadhan suivant la rserve, prtendant jener le jour du doute en disant : si cest Ramadhan on aura jene, et si ce nest pas Ramadhan on aura rien perdu ! Ou de prsumer son dbut sous leffet de la pure conjecture : ceci est une erreur !

Car, le Prophte a interdit de jener le jour du doute. Les adorations sont fondes sur la certitude, frres ! Cest pour cela que le Prophte a dit : Celui qui jene le jour du doute a donc dsobit Abou el Qsim (c'est--dire le Prophte ). 17
Cest pourquoi il appartient lhomme de ne pas jener Ramadhan un jour ou deux lavance, sous prtexte de prcaution. Sauf si cela, tel quil est avr dans un hadith, occasionne avec un jour quil jene normalement. C'est--dire, quil ne jene pas sous rserve. Mais, il peut sagir dun rattrapage de jene ou dune expiation ou que son jene soit en vue dune cause quelconque non pour celle de Ramadhan. Cest cela que nous devons savoir.
- Aussi, il convient lhomme de connatre les piliers du jene :
Quelquun peut se demander : quels sont les piliers du jene, sur lesquels mon jene doit tre constitu ?
Le pilier comme vous le savez, cest une partie de lessence et la vrit dune chose. Si on nglige un pilier, ou on sen abstient, ce qui est constitu dessus sera galement altr et invalide, et il ne sera pas considr. La preuve de cela est le plerinage. Pourquoi le Prophte a dit : Le hadj est Arafa 18. Car, la station Arafa est un des piliers du hadj. Quiconque dlaisse ce pilier, son hadj ne sera pas valide. De mme, la salt, le Prophte a dit : Pas de salt pour celui qui ne rcite pas la mre du Livre (cela veut dire el ftiha). 19 Ainsi, la ftiha du Livre en est un pilier. Nous devons savoir cela !
Parmi les piliers du jene, lintention :
Il sagit de lobligation de concevoir an-niyya (lintention) la veille du jene obligatoire, avant le lever de laube. Cela est la premire chose que vous devez faire, frres ! Ceci est attest dans plusieurs hadiths dont : Celui qui ne conoit pas lintention la veille du jene, avant le lever de laube, son jene sera nul. 20
Quand apparat la lune de Ramadhan ? Ramadhan commence par la vue de la lune lil nu, ou par lattestation [dun musulman] ou par la finalisation du compte des jours de chabn.
Par exemple quelquun viendra te dire quil a vu la lune de Ramadhan, dans ce cas tu appliques son attestation car il est juste et vridique.
Ou que tu finalises le compte de chabn trente jours. La limite dun mois lunaire est soit de vingt-neuf jours, soit de trente jours. Puis, le jour qui suit est srement celui de Ramadhan, son premier jour. Donc, tu te dtermines le jener, et tu dois concevoir la niyya (lintention) la veille. Le Prophte a ordonn aux compagnons et tous les musulmans de concevoir lintention, davoir la niyya de jener bien avant le lever
de laube (el fedjr).
Lintention, frre, nest pas une parole dire ! Il se peut que certains disent : je prononce lintention comme par exemple : jai lintention de jener demain, ou chaque nuit il la prononce ! Non ! La niyya, son lieu est le cur. On doit la concevoir, chacun, dans son cur sans la prononcer avec la langue. Cest la dtermination et la volont du cur pour faire quelque chose ; la langue na rien avoir avec lintention.
Quand tu te dtermines et tu as lintention [daccomplir une chose], cest cela la niyya. Imagine quelquun qui fait erreur en concevant dans son cur son intention, sa volont et sa dtermination ; et il la prononce bien avec sa langue, donc, dans ce cas ce quil a dit nest pas considrable. Voire, prononcer lintention est une hrsie (bida) tel que lont dit les savants. Ibn el Qayyim et dautres ont dmontr cela merveille.
Par ailleurs, le fait de concevoir lintention pour le jene surrogatoire, cela nest pas obligatoire. Mais, tel quil est attest daprs Âicha quAllh lagre, que le Prophte lorsquil venait ses pouses, il venait elle aussi, en dehors de Ramadhan, et lui disait : Avez-vous un repas ? Et quand elle lui dit quil ny en a pas, il dit : je suis alors jeneur. 21 Cela veut dire, sil trouve de la nourriture il mange, sinon il jene.
Il faut aussi observer el imsk : On doit connatre cela. Cest dviter ce dont le Lgislateur a interdit. Car, dans le cas contraire, le jene ne sera pas valide ni correct, tel que la nourriture, la boisson et le rapport conjugal, et toutes les autres choses qui altrent le jene. Cest cela qui correspond ce que le Prophte a voqu.

Et il ny a pas de doute que le jene commence partir du lever de laube vridique (el fedjr as-sdiq), et non pas laube mensongre (el fedjr el kdhib). Du lever de laube jusquau coucher du soleil, tel que cela est avr dans le noble verset ((mangez et buvez jusqu ce que se distingue, pour vous, le fil blanc du fil noir de laube )) El Baqara (La Vache), V.187. Allh -Exalt et Trs-Haut- a mentionn que le jene dbute ds laube vridique. Il y a deux types daube : vridique et mensongre. Laube mensongre ne fait pas commencer la salt, et ninterdit pas la nourriture pour le jeneur. Cest laube vridique qui interdit au jeneur de manger et indique le commencement de la salt au musulman, tel que cela est mentionn par les Textes.
Dans ce sens, il a t attest par Ibn Abbs quAllh les agre, que le Prophte a dit : Il y a deux aubes : la premire ninterdit pas de manger et ne fait pas commencer la salt, et la seconde interdit la nourriture et fait commencer la salt. 22
À ce propos, il y a une remarque : il se peut que quelquun tienne un rcipient au moment de son sahar (priode o le musulman mange ou boit avant laube pour jener), puis entend lappel la salt, ainsi il ne sait pas sil doit poser son rcipient et arrter de manger et de boire, ou doit-il continuer jusqu ce quil finisse de manger ?!
Ce qui est primordial, cest de suivre ce qui est avr dans le hadith du Prophte en disant : Si quelquun parmi vous entend lappel (el adhn), et le rcipient est dans sa main, quil ne le pose pas jusqu ce quil finit son besoin. 23 Ce qui est dsign ici par lappel, cest la deuxime aube, c'est--dire laube vridique. Ensuite, on continue de jener jusqu la nuit, autrement dit au coucher du soleil comme latteste le noble verset ((Puis accomplissez le jene jusqu la nuit)) El Baqara (La Vache), V.187. Cela se ralise lorsque la nuit provient par l et le jour se retire par l, et que le coucher du soleil apparat, comme cela est attest daprs le hadith de Oumar quAllh lagre que le Prophte a dit : Quand la nuit arrive par l (lorient), et le jour se retire par l (loccident) et que le soleil se couche, le jeneur rompt donc son jene. 24
Ce coucher seffectue juste aprs la disparition du disque du soleil, mme si sa lumire apparat encore. Ainsi, il est de sa conduite , quand il jene, dordonner un homme de monter sur quelque chose, et sil dit que le soleil sest couch, il rompt son jene. Lessentiel est dtre sr que le soleil sest couch.
En outre, il appartient celui qui veut jener de manger au sahar, comme cela est attest par le Prophte .
Il fait part des pratiques de la guide, des pratiques de lÉlu , et des caractristiques de cette communaut, de se nourrir au sahar : (moment o le musulman mange ou boit avant laube pour jener). Il ny a pas de doute que les gens du Livre (les juifs et les chrtiens), avant nous, jenaient. Notre Seigneur -Le Tout-Puissant- a dit ((Ô les croyants ! On vous a prescrit as-siym comme on la prescrit ceux davant vous, ainsi atteindrez-vous la pit ))
Mais, les gens du Livre, quand lun deux dormait, il devait sabstenir de manger jusqu la nuit prochaine. C'est--dire, quand il dort, il ne lui est pas autoris de manger ni autre jusqu larrive de la nuit suivante. Alors que le Prophte , Allh la gratifi par des caractristiques ainsi que sa communaut quon ne trouve pas chez les autres communauts. 25
Parmi ces caractristiques : le repas du sahar, tel que cela est avr par le hadith de Amr ibn el Âs quAllh lagre, que le Prophte a dit : La diffrence entre notre jene et celui des gens du Livre est le repas du sahar. 26
Le Prophte incitait [manger] au sahar, sans obliger les gens cela. Cest une sounna certifie. Il a dit : Quiconque veut jener, quil mange quelque chose au sahar. 27 Et il a dit : Mangez au sahar, car le repas du sahar est une bndiction. 28 Ainsi que dautres hadiths quil a noncs .
Et il a dmontr que la bndiction est dans trois choses, tel quil la dit dans le hadith de Salmn quAllh lagre : La bndiction est dans trois choses : le groupe, th-thrd la panade , et le repas du sahar. 29 Donc, il faut que le jeneur mange au sahar, car cela est une sounna chez les musulmans et chez le Prophte . Et il y a aussi parmi les vertus du repas du sahar : Certes, Allh et Ses anges prient (louent) sur ceux qui mangent au sahar. 30
Il appartient galement celui qui mange ce moment, de manger des dattes, sil en trouve. Cela est affirm par le Prophte : Lexcellent repas du sahar du croyant est celui des dattes. 31 Et celui qui nen trouve pas, quil ralise cela avec quelque chose dautre, ne serait-ce quune gorge deau.
Il est aussi souhaitable de retarder le repas du sahar jusqu laube :
Lhomme doit retarder son sahor (repas du sahar) juste avant laube. Cest cela qui est affirm par le Prophte . La conduite du Prophte concernant le sahor, il y a ce qui est attest par Zeyd qui mangeait au sahar avec le Prophte , et quand ils finissaient leur sahor le Prophte se levait pour accomplir la salt. Il y a entre leur sahor et la salat lintervalle de la lecture de cinquante versets du Livre dAllh 32.
Donc, frres ! Cest cela qui affirme quon ne doit pas ngliger cette sounna, afin datteindre son mrite, sa bndiction et la rcompense quelle contient. Le sahor jouit de la baraka, et de la vertu ; nous devons revivifier cette sounna.
Le jeneur doit aussi viter plusieurs choses :
Cela afin que son jene ne soit pas entach de quoi que ce soit, et quil soit exempte de tout dfaut. Chose qui permettrait daugmenter ses bienfaits, et de faire en sorte que le jeneur ait le dessus sur son me et sur les autres.
Concernant lme, le jeneur doit sabstenir de dire du mal et du faux. Il lui faut prserver sa langue de trop parler, de dire de mauvaises choses, et de corrompre la relation entre les gens et ainsi de suite. Ainsi, parmi ce qui est avr dans ce rapport, le hadith dAbou Houreyra quAllh lagre, dont le Prophte a dit : Celui qui ne dlaisse pas les paroles du faux et leur pratique, Allh na aucun besoin quil dlaisse sa nourriture et sa boisson. 33 Imaginez, frre, et mditez ces dires prophtiques qui sont trs clairs : Celui qui ne dlaisse pas les paroles du faux et leur pratique, Allh na aucun besoin quil dlaisse sa nourriture et sa boisson. Il convient alors au jeneur dviter, durant tout son jene, ces choses qui lentacheraient, car elles sont des souillures. Il faut purer et bonifier son jene.
Il faut galement sabstenir des paroles frivoles et mauvaises.
Largument de cela est le hadith du Prophte : Le jene nest pas [seulement] de sabstenir de manger et de boire, mais le jene est de sabstenir des paroles frivoles et mauvaises. 34, et son dire : Quand quelquun de vous jene, quil ne dise pas de paroles frivoles et quil ne crie pas, et quand quelquun linsulte ou le bat 35, et dans une autre version : Et si quelquun tinsulte ou se comporte contre toi avec ignorance, alors dis : je suis jeneur, je suis jeneur ! 36
Cest pour cela quune menace dure est parvenue de la part du Prophte , contre celui qui agit en mal alors quil jene et prtend quil est jeneur : Combien de jeneur qui ne rcolte de son jene que la faim et la soif. 37
Donc, que ta part dans le jene ne soit pas seulement davoir faim et soif ! Mais que ta part et ta rtribution contiennent, si Allh le veut, de la rcompense et du salaire et autres bienfaits que taccordera Allh -Exalt et Trs-Haut soit-Il-.
Et quelquun peut dire : si je me lve le matin un jour de jene en tat de pollution (djounoub), mon jene sera-t-il nul ? Ou bien je me lave et continue mon jene, mme si je me lve aprs le lever du soleil ? Il est attest que le Prophte se levait le matin pollu, et il se lavait et continuait son jene, tel quil est mentionn dans le hadith de Âicha et dOum Salama, quAllh les agre : Il arrivait que laube monte alors que le Prophte se trouvait en pollution (djanba) aprs avoir fait le rapport avec son pouse, puis il se lavait et continuait son jene. 38
De mme, il est permis au jeneur dutiliser le siwk :
Il se peut quune personne dise : puisque je jene et je mabstiens de toute chose qui entre dans ma bouche, c'est--dire quelle peut viter toute chose mme le siwk, car celui-ci enlve le khalof (lodeur de la bouche du jeneur), dont le mrite est confirm par ce hadith : Lodeur de la bouche du jeneur est plus bonne, auprs dAllh, que celle du musc. 39
Donc, on peut dire que le siwk fait disparatre cette odeur.
Le mieux quon puisse mentionner ce sujet, est le hadth du Prophte : Si ce ntait la difficult que je causerai ma communaut, je lui aurai ordonn dutiliser le siwk chaque ablution. 40
Ainsi, le Messager na pas exclu le jeneur des autres. Il y a en cela en fait une argumentation que le siwk est faisable autant pour le jeneur et le non-jeneur, et ce, chaque ablution et pour chaque salt.
Donc, en gnral, nous ne disons pas comme disent certains fouqah (juristes islamiques), que le siwk se fait seulement en dbut du jour et non pas laprs-midi. On lutilise plutt chaque moment, tel que cela est confirm (par le Prophte ).
Et il est permis au jeneur de rincer sa bouche et de laver son nez (el madhmadha et el istinchq) :
Cela dit, quand la personne jene, elle ne doit pas exagrer dans le rinage de la bouche et le lavage du nez ; tel quil est attest par le Prophte dans le hadith de Laqt ibn Sabora : Et exagre dans le lavage de ton nez, sauf si tu jenes. 41
Il est galement permis au jeneur dembrasser son pouse. Mais, condition quil matrise son envie afin de ne pas tomber dans lillicite et de faire le rapport. Ainsi, il est avr de la part du Prophte , daprs le hadith de la mre des croyants, Âicha quAllh lagre, que le Prophte embrassait ses pouses alors quil tait en jene. Mais cela avec la restriction quelle a cite, c'est--dire comme elle a dit : Cependant, il tait le plus matrisant dentre vous son envie. 42
Il est aussi licite de faire des analyses sanguines et des injections qui ne sont pas nourrissantes, celles-ci ne rompent pas le jene.
De mme que dappliquer des ventouses (el hidjma). Il se peut que quelquun cite le hadith : Ont rompu leur jene, celui qui applique les ventouses, et celui qui elles sont appliques. 43 Mais, en vrit ce quon doit savoir, cest que le fait que les ventouses rompent le jene est abrog.
Le hadith cit prcdemment est annul, car le Prophte sest fait appliquer des ventouses alors quil tait en jene, tel que cela est attest dans le hadith dibn Abbs qui a dit : Le Prophte sest appliqu des ventouses alors quil jenait. 44
Il se peut aussi que certaines femmes ou certains gens demandent sil est permis de goter la nourriture en plein jene ? Cela pour voir sil y a suffisamment de sel dans le repas ou non, est-il bon ou non. On dit quon peut faire cela mais condition que la nourriture natteigne pas la gorge, on doit se matriser pour viter que la nourriture touche la gorge ; et cela conformment au hadith parvenu de la part dibn Abbs quAllh lagre en disant : Il ny a pas de mal de goter du vinaigre ou autre, du moment quil nentre pas dans la gorge quand on est en jene. 45
Il y a galement le fait de mettre du kohol aux yeux et les gouttes mdicales pour se faire soigner. Cela naltre pas le jene et ne le rompt pas, quon trouve ses traces dans la gorge ou non. Cest cela que le cheikh de lislam ibn Teymiyya, quAllh lui fasse misricorde, a considr prpondrant 46. Comme il est galement attest de la part dAnas ibn Mlik, quAllh lagre, quil mettait du kohol tout en jenant 47.
Il y a de mme le lavage du corps le jour du jene, ou de verser de leau froide sur la tte et autre. Tout cela est permis, vu ce qui est attest de la part dibn Oumar, quAllh lagre, il faisait cela comme le faisait dautres (savants) parmi les pieux prdcesseurs 48.

Il convient galement de savoir que le sage Lgislateur a autoris au voyageur de manger durant le jene. Il lui a permis de rompre son jene, donc, il ny a pas lieu quil se charge de ce quil ne peut pas supporter. Allh -Exalt- a dit ((Donc, quiconque dentre vous est prsent en ce mois, quil jene ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors quil jene un nombre gal dautres jours. Allh veut pour vous la facilit, Il ne veut pas pour vous la difficult)) El Baqara (La Vache), v. 185.
Une fois, un homme a interrog le Prophte en lui demandant sil peut jener pendant le voyage ? Cet homme jenait beaucoup, et le Prophte lui a dit : Jene si tu veux et mange si tu veux. 49

De ce fait, le jeneur ne doit pas sefforcer sil ressent une faiblesse, car il est avr daprs les compagnons, que celui qui ressent de la force et jene, ceci est bon ; et que celui qui ressent une faiblesse et rompt son jene, cela est galement bon.
Le malade est aussi sujet lexcuse, Allh -Exalt et Trs-Haut soit-Il- lui a permis de manger, cela est une facilitation divine pour lui.

La maladie qui autorise au jeneur de rompre le jene, est celle qui induit une nuisance ou un mal, soit par laggravation de sa maladie, soit en retardant la gurison.

De plus, la femme qui a ses rgles, et celle qui a accouch ; celles-ci rompent leur jene et mangent, tel que cela est avr dans la noble sounna prophtique.
De mme, les personnes ges, celles-l mangent aussi, tel que cela est attest par ibn Abbs, quAllh lagre, qui disait : Le vieux g et la vieille femme ne pouvant pas jener, ils nourrissent chaque jour un pauvre la place du jene. 50

Et cest avec cela que Moudjhid ibn Djabr a comment ce verset ((Mais pour ceux qui ne peuvent le supporter quavec grande difficult, il y a une compensation : nourrir un pauvre)) El Baqara (La Vache), v. 184 ; cest de donner la moiti dun S en aumne.

Il y a galement la femme enceinte et la femme qui allaite51 : il est de la misricorde dAllh -Exalt et Trs-Haut soit-Il- pour Ses serviteurs faibles de les avoir dispenss du jene. Il fait partie de ces derniers : la femme enceinte et celle qui allaite.

En gnral, cest cela que lhomme doit savoir au cours de son jene. Cest de suivre cette manire et dtre dans cet tat pendant la dure de son jene.

Et quand il rompt son jene, il le fait comme nous avons dit, quand la nuit arrive et le jour recule, et que le disque solaire disparat, tel quil est cit dans le hadith prophtique rapport par ibn Oumar, quAllh les agre, et autres.

Il convient donc de prcipiter la rupture :
Cela est avr dans plusieurs hadiths prophtiques qui indiquent le mrite de cette prcipitation parmi lesquels : le hadith de Sehl ibn Sed, quAllh lagre, dont est parvenu son dire : Les gens ne cesseront dtre sur un bien tant quils prcipitent la rupture [du jene]. 52 Et bien entendu, cette rupture est une sounna prophtique, et elle est aussi considre comme une opposition aux gars et ceux qui ont encouru la colre dAllh : les chrtiens et les juifs. Nous devons rompre le jene avant la salt du maghrib. On doit rompre dabord puis accomplir la salt.

Et il est meilleur de rompre avec des dattes sinon avec de leau.

Lessentiel est que le Prophte est venu en tant que misricorde pour lunivers, et il est venu attentif ce qui profite aux croyants tel quAllh -Exalt et Trs-Haut- a dit ((Certes, un Messager pris parmi vous, est venu vous, auquel psent lourd les difficults que vous subissez, qui est plein de sollicitude pour vous, qui est compatissant et misricordieux envers les croyants)) At-Tewba (Le Repentir), v. 128.

Le Prophte a dit : Quand lun de vous rompt son jene, quil le rompe avec des dattes car cest une bndiction ; et sil ne trouve pas de dattes, quil le rompe avec de leau car cest une purification. 53 Les hadiths dans ce sens sont clairs, et il ny a pas de doute quil convient lhomme de suivre cela comme il le peut.

Il convient galement de faire des invocations au moment de la rupture : tel que cela est attest daprs Abou Houreyra, quAllh lagre, daprs le Prophte : Trois invocations sont exauces : linvocation du jeneur, linvocation dune personne opprime, et linvocation du voyageur. 54

Cette invocation qui a lieu au moment de la rupture nest pas rejetable, tel quil est avr : Trois personnes, leur invocation nest point rejetable : le jeneur quand il rompt son jene, le gouverneur juste, et linvocation dune personne opprime. 55

Et linvocation affirme par le Prophte est : La soif est tanche, les veines sont mouilles et la rcompense est tablie, si Allh le veut. 56

Le musulman doit galement, lors de sa rupture, donner manger ses frres jeneurs qui ne trouvent pas de quoi manger pour quils rompent leur jene. Car, le Prophte a incit les gens cela, sous preuve du style de lincitation et de lexhortation, et ce en tablissant un mrite et une rcompense immenses au profit de celui qui donne manger un jeneur ; il a dit : Quiconque donne manger un jeneur, ou charge un combattant aura donc lgal de sa rcompense. 57
Cest cela qui est attest par le Prophte , et ce sans que la rcompense du jeneur qui on donne manger ne soit diminue. Cette dernire reste telle quelle est. Mais, celui qui lui donne manger et fait rompre son jene aura un salaire semblable au sien.
Comme il est aussi souhaitable celui-l qui est invit a manger de dire, quand il aura fini de manger, linvocation instaure par le Prophte qui est : Les bienfaisants ont mang votre nourriture, et les anges ont pri sur vous, et les jeneurs ont mang (rompu leur jene) chez vous. 58 Ou : Ô Allh ! Nourri celui qui ma nourri, et donne boire celui qui ma donn boire. 59, ainsi que dautres hadiths attests par le Prophte .
Donc, il faut que jeneur tablisse son jene suivant ces rgles, quil lentoure et lastreigne par ces normes, afin quil soit correct, pur et indemne des diffrents dfauts. Et il se peut, en outre, quon dise au jeneur dviter certaines choses pour que son jene soit valide.
En premier lieu, il doit ne pas manger et ne pas boire comme nous avons dj dit. De mme, il doit ne pas vomir expressment, c'est--dire comme sil provoquait lui-mme le vomissement, conformment Son dire cit dans le hadith dAbou Houreyra, quAllh lagre : Celui qui vomit involontairement na ni rcupration ni expiation. 60, et dans une autre version : Il na pas de rcupration. 61, et : Et celui qui provoque le vomissement, quil rcupre [son jene]. 62
De mme, quand la femme est indispose, son jene sera invalide. Et aussi la femme qui a accouch, son jene est invalide. Celle-ci doit viter le jene durant toute la priode des lochies, jusqu ce quelle se purifie et que le sang cesse. La preuve de cela est son dire lorsque des femmes lui demandrent pourquoi la religion de la femme est incomplte ? Il leur a dit : Nest-ce pas que quand elle est indispose (elle a ses rgles), elle ne prie pas et ne jene pas ? Elles disent : Oui ! Il dit : cest cela le manque de sa religion. 63
Donc, elle reste des nuits et des jours sans salt ni jene 64. Ainsi, cest cela le manque de sa religion.

On doit galement savoir quil faut viter dutiliser les piqres alimentaires, il y a une manire par laquelle on fait parvenir des matires nutritionnelles aux intestins, tel que le srum et autres produits de ce genre ; les injections qui alimentent le malade.

Tandis que les piqres non alimentaires, tel que les calmants, les antidouleurs et les fortifiants, ceux-l, il ny a pas de mal les utiliser.

Il faut galement sabstenir de faire le rapport avec son pouse, car il altre le jene et le rend invalide.

Et le Prophte a appris ses compagnons de rcuprer le jene :

Le malade quand il ne jene pas, il doit rcuprer chaque jour non jen par un jour galable, tel quAllh -Exalt et Trs-Haut- a dit ((Alors quil jene un nombre gal dautres jours)) El Baqara (La Vache), v. 185.

Ainsi, la rcupration doit se faire pour les jours de Ramadhan o on aura mang. La rcupration nest pas obligatoire faire immdiatement, mais elle incombe sur un rythme large tal sur plusieurs jours. Cependant, il est mieux dentamer la rcupration [juste aprs Ramadhan], cela est primordial mais ce nest pas obligatoire. Cette manire nest que souhaitable. Et Allh est plus Savant.

De plus, la rcupration du jene ne veut pas dire que si quelquun a par exemple mang pendant six jours de Ramadhan, quil doit les rattraper successivement. Non. Ce qui est considrable est le nombre de jours rattraper et non pas la succession. Cest cela qua voqu ibn Abbs, quAllh les agre, en disant : Il ny a pas de mal les sparer. 65 Cela est galement confirm par Abou Houreyra66 et autres compagnons67, quAllh -Le Trs-Haut- les agre, qui considraient quil est permis de sparer les jours rcuprer.
Toujours est-il que cela nexclut pas le caractre souhaitable de la succession, mais sans quelle ne soit obligatoire tel que nous lavons dj mentionn.

Quant celui qui fait le rapport avec son pouse durant la journe de Ramadhan, il est obligatoire celui-l de faire lexpiation. Ceci tel quil est avr part le hadith dAbou Houreyra, quAllh -Trs-Haut soit-Il- lagre, concernant lhomme qui a fait le rapport dans la journe de Ramadhan, et quil devait rcuprer ce jour et faire lexpiation. Le Prophte a dmontr ce quil lui incombait de faire : lexpiation, ou librer un esclave ; et quand il na pas eu la possibilit de faire cela, il lui a ordonn de jener deux mois successifs, et puisquil na pas pu non plu il lui a ordonn de nourrir soixante pauvres tel quil est attest dans un hadith 68.

Donc, celui qui lexpiation incombe et ne peut pas librer un esclave, ni jener et ni de donner manger, cela annule ces charges, car Il ny a de charge que de ce qui est possible faire , tel que cela est confirm par les rgles fondamentales extraites des versets du Qourn et des hadiths prophtiques, comme Sa Parole -quIl soit Trs-Haut- ((Allh nimpose aucune me une charge suprieure sa capacit)) El Baqara (La Vache), v. 286, et dans un autre verset (( Allh nimpose personne que ce quIl lui a donn)) At-Talq (Le Divorce), v. 07.
Et le Prophte a dit : Ce dont je vous ordonne, appliquez-le comme vous pouvez. 69 Et parmi les rgles fondamentales Il ny a de charge que de ce qui est possible faire.
En somme, tous ces Textes indiquent la manire que lhomme doit considrer : que sil ne peut pas, il ny a pas de mal en cela. Tandis que la femme, elle na pas dexpiation faire, car il se peut que son poux la force faire le rapport et lassujetti cela, donc, elle na pas dexpiation comme est le cas de lhomme, qui celui-ci, est redevable de lexpiation.
Le jeneur doit galement faire des uvres qui augmenteront sa rcompense :
Telles que la salt de la nuit, cest ce quon appelle conventionnellement : Et-Tarwh. Cette salt dont le Messager a dmontr le mrite et la rtribution en disant, comme il est cit dans le hadith dAbou Houreyra, quAllh lagre : Celui qui clbre les salt des nuits de Ramadhan en ayant la foi et recherchant la rcompense, on lui pardonnera ses pchs prcdents. 70
Il te convient alors, musulman, dtre attentif clbrer les nuits de Ramadhan en salt, comme tu es attentif jener ses journes, dune manire pure ayant la foi et lesprance que ton uvre soit accepte.
Et quand tu pratiques la salt aux nuits de Ramadhan, tu concideras une nuit vnrable et mritoire, une nuit bnie dont il lui suffit comme gard le fait quelle est meilleure que mille mois. Allh a rvl la concernant une sourate qui porte son nom, savoir la sourate el Qadr, dans laquelle est mentionn le mrite de cette nuit. Allh -Trs-Haut soit-Il- a dit ((Nous lavons certes, fait descendre (le Qourn) pendant la nuit dEl Qadr. Et qui te dira ce quest la nuit del Qadr ? La nuit del Qadr est meilleure que mille mois. Durant celle-ci descendent les anges ainsi que lEsprit (Djibrl), par permission de leur Seigneur pour tout ordre. Elle est paix et salut jusqu lapparition de laube.)) El Qadr (Le Destin), v. 01-05.
Durant cette nuit bnie est dcid tout ordre sage, et cest pour cela quAllh -Le Trs-Haut- dit ((Nous lavons fait descendre en une nuit bnie, Nous sommes en vrit Celui qui avertit, durant laquelle est dcid tout ordre sage, cest l un commandement venant de Nous. Cest Nous qui envoyons [les Messagers], titre de misricorde de la part de ton Seigneur, car cest Lui lAudient, lOmniscient )) Ad-Doukhn (La Fume), v. 03-06.
Aussi, il faut que cette nuit soit recherche dans les dix dernires nuits de Ramadhan, tel que le faisait le Prophte . C'est--dire, la faon par laquelle il recherchait cette nuit tait de surveiller les nuits impaires. Et il incitait sa communaut faire de mme. Le Prophte a dit : Quiconque clbre la salt de la nuit du destin en ayant la foi et lesprance quelle soit accepte, on lui pardonnera ses pchs antrieurs. 71
Dans cette nuit, linvocation est trs sollicite. On se doit dy multiplier les prires, car il est rapporte que Âicha, quAllh lagre, ait dit : Jai dit : Messager dAllh ! Si je saurai quelle est la nuit du destin, quy dirai-je ? Il dit : dis : Allh, Tu es Certes Pardonneur et Tu aimes le pardon, pardonne-moi donc. 72
Donc, essaye, frre, de rechercher cette nuit afin que tu obtiennes son mrite et sa rcompense, si Allh le veut. Surtout quil ne reste entre toi et la salat de lad que des heures, ainsi tu en donnes la zakat del fitr, qui est considre comme la clture de ton jene.
Cela parce que le Prophte a prescrit cette zakat tel quil est avr par le hadith dibn Oumar, quAllh les agre : Le Messager dAllh a prescrit aux gens la zakat de la rupture de Ramadhan (el fitr). 73
Cela est galement avr par le hadith dibn Abbs ; cest de savoir que cette zakat incombe au musulman, il se doit de la donner. Cette dernire est obligatoire donner, comme tu le sais, frre, en vertu du petit, du grand, du mle, de la femelle, de la personne libre et de lesclave parmi les musulmans. Tel que cela est attest daprs le hadith dibn Oumar, quAllh lagre : Le Messager dAllh a prescrit la zakat del Fitr : la mesure dun S de dattes, ou un S dorge de la part dune personne libre, de lesclave, du mle, de la femelle, les petites personnes et les plus ges parmi les musulmans. 74

Cette zakat se donne en plusieurs catgories de nourriture ; un S dorge, un S de dattes un S daqit (genre dun mlange de lait sec), ou un S de raisins secs et ainsi que dautres aliments et nourritures quon doit donner ses ayants droit.

On donne cette zakat ceux qui la mritent et tu la fais, frre, sortir au nom de ta famille et de ceux qui sont sous ta tutelle, et sur lesquels tu dpenses. Car, le Prophte ordonnait de donner cette zakat del fitr ou cette aumne del fitr sur tous ceux que tu prends en charge et sur lesquels tu dpenses. Cette dernire doit tre donne aux pauvres, tel que cela est parvenu de la part dibn Abbs, quAllh lagre, qui a dit : Le Messager dAllh a prescrit la zakat del fitr comme purification pour le jeneur en raison des paroles futiles et mauvaises quil ait dites, de mme que cen est une nourriture pour les pauvres. 75 Et tu dois la donner avant la sortie des gens pour la salat de lad, et il nest pas permis de la retarder jusquaprs la salat.

Et bien entendu, cest cela la sagesse (raison) de la donner, elle est relie au jene tel quil est cit dans le hadith din Abbs lorsquil a dmontr la sagesse de cette zakat, de lavoir prescrite : comme purification pour le jeneur en raison des paroles futiles et mauvaises quil aura dites. Elle est de plus considre comme une nourriture aux pauvres, elle leur suffit en ce jour de lad de circuler entre les gens en faisant la mendicit et la charit.

Nous demandons Allh -Exalt et Trs-Haut soit-Il- de nous assister pour jener le mois de Ramadhan en ayant la foi et lesprance pour quil soit accept, et que nous jenions la manire du Prophte , tout en recherchant de suivre ses sounans, ses moralits et tous les jugements (rgles) quil a dmontrs, et que nous ne soyons pas frustrs de recevoir sa pleine rcompense et dtre parmi les chanceux. Et Louange Allh, Le Seigneur de lunivers.




[RIGHT].
Une version pdf en format livre de poche facilitant la lecture est disponible en pice jointe*
1. Rapport par el Boukhri (5066), et Mouslim (1400).
2. Rapport par Mouslim (1153).
3. Consulter Sahh Sounan An-Naci (2219).
4. Sahh Et-Terghb wa Et-Terhb (985).
5. Rapport par el Boukhri (5927), et Mouslim (1151).
6. Rapport par el Boukhri (1904), et Mouslim (1151).
7. Daprs Abou Houreyra quAllh lagre, le Messager dAllh a dit : Le jene est une protection, quil (le jeneur) ne dise pas de mauvaise paroles et nagisse pas linstar des ignorants, et si une personne le bat ou linsulte, quil dise : je suis jeneur -deux fois-. Et par celui qui dtient mon, me en Sa Main ! Lodeur de la bouche du jeneur est plus bonne que celle du musc auprs dAllh -Le Trs-Haut. Il dlaisse sa nourriture, sa boisson et son envie pour Moi. Le jene Mappartient et cest Moi qui en donne la rcompense, et la bonne action vaut dix de semblables. Rapport par el Boukhri (1894).
8. Voir Sahh Et-Terghb wa Et-Terhb (984).
9. Rapport par el Boukhri (1896), et Mouslim (1152).
10. Rapport par el Boukhri (3277).
11. Rapport par Mouslim (1079).
12. Rapport par el Boukhri (1901, 2014), et Mouslim (760).
13. Rapport par Mouslim (233).
14. Sahh Et-Terghb wa Et-Terhb (1002).
15. Rapport par el Boukhri (1909), et Mouslim (1081).
16. Rapport par el Boukhri (1906), et Mouslim (1080).
17. Sahh Sounan At-Tirmidhi (686).
18. Sahh Sounan An-Naci (3016).
19. Rapport par el Boukhri (756), et Mouslim (394).
20. Sahh Sounan An-Nasi (2330).
21. Recueilli par Mouslim (1154).
22. Consulter Es-Silsila Es-Sahha (693).
23. Sahh Sounan Abi Dwoud (2350), et voir As-Silsila As-Sahha (1394).
24. Rapport par el Boukhri (1954), et Mouslim (1100) ; et ces termes sont ceux del Boukhri.
25. Lire ce sujet, notre traduction Les qualits suprmes de la communaut musulmane, du mme auteur, sur : www.aoussat.com
26. Rapport par Mouslim (1096).
27. As-Silsila As-Sahha (2309).
28. Rapport par el Boukhri (1933), et Mouslim (1095).
29. Sahh Et-Terghb wa Et-Terhb (1065).
30. Sahh el Djmi(1844).
31. Sahh Sounan Ab Dwod (3345), Sahh At-Targhb wa At-Tarhb (1072).
32. Anas ibn Mlik quAllh lagre a rapport daprs Zeyd ibn Thbit quAllh lagre qui dit : Nous avons mang au sahar avec le Prophte , puis il sest lev pour faire la salt, jai (Anas) demand : combien y avait-il dintervalle entre lappel la salt et le sahor ? Il (Zeyd) rpondit quil y avait la quantit de cinquante versets lire. Rapport par el Boukhri (1921), et Mouslim (1097).
33. Rapport par el Boukhri (1903).
34. Consulter Sahh Mawrid Ad-Damn (741).
35. Tel quil est rapport par el Boukhri (1904).
36. Tel quil est rapport dans Sahh Et-Terghb wa Et-Terhb (1082).
37. Sahh At-Targhb wa At-Tarhb (1083).
38. Rapport par el Boukhri (1925) et Mouslim (1109).
39. Hadith dj annot.
40. Daprs la version de Ali ibn ab Tlib quAllh lagre. Et regarde pour cela Sahh At-Targhb wa At-Tarhb (206). Quant la salt, il est confirm dans une version dAbou Houreyra, quAllh lagre, chez el Boukhri (887), et Mouslim (252) : Si ce ntait la difficult que je causerai ma communaut, je lui aurai ordonn dutiliser le siwk chaque salt.
41. Voir Sahh Sounan An-Nasi (87), et Sahh Sounan At-Tirmidhi (788).
42. Rapport par el Boukhri (1927), et Mouslim (1106).
43. Sahh Sounan Abi Dwod (2367).
44. Rapport par el Boukhri (1939, 5694).
45. Avec ces termes, hadith rapport par ibn abi Cheyba n (9369), et ibn Hadjar a dit dans taghlq at-talq (3/152) : Il comporte Djbir, cest el Djefi, il est abandonn . Quant el Boukhri, il la rapport suspendu avec une forme asserte, dans le livre das-asawm, chapitre : le lavage du jeneur , et il a dit : Et ibn Abbs a dit : il ny a pas de mal de gouter de la marmite. ; et avec ce deuxime terme, rapport par ibn abi Cheyba dans el mousannaf (9370), et reli par ibn Hadjar dans et-teghlq avec ces termes : il ny a pas de mal que le jeneur goute quelque chose. , et ce, aprs quil lait renvoy el Baghawi dans el djediyt . Et le cheikh el Albni a dit dans el Irw (937) : Choureyk est ibn Abdillh el Qdhi ; il est atteint dune faiblesse. , mais il a, quAllh lui fasse misricorde, cit une autre version daprs el Hassan et non daprs ibn Abbs, tel quil est dans mousannaf ibn abi Cheyba (9371), et sa formule : Il ny a pas de mal que le jeneur goute du miel, de la graisse et autre, puis il le crache.
Ainsi est le jugement du cheikh el Albni de la version : Il ny a pas de mal de gouter de la marmite. , car cest cette version qui appartient la voie de Choureyk, et cela est appuy par ce que le cheikh el Albni a cit dans son concentr sur le Sahh del Boukhri (361), et Allh est plus Savant. De mme, le cheikh el Albni la jug bon dans Irw el Ghall (937), avec cette formule : Il ny a pas de mal de goter au vinaigre et autre chose quon veut acheter. , et il la renvoy el Boukhri, cependant il est dans le mousannaf dibn abi Cheyba, et dans et-teghlq avec la formule prcdente et non pas avec celle-ci, car lexpression quil veut acheter , nest avre dans aucun contexte de ce qui prcde, et Allh est plus Savant.
46. Le cheikh de lislam ibn Teymiyya, quAllh lui fasse misricorde, a dit : Chapitre : tandis que le kohol, linjection, et les gouttes quil met dans le conduit des urines et du lait chez la femme, et le traitement de la blessure en tte et de lasphyxie ; ces choses sont sujettes la divergence des gens de science. Il y a parmi eux ceux qui disent quelles ne rompent pas le jene, et il y a qui disent que toutes ces choses except le kohol rompent le jene, et il y a dautres qui disent que toutes ces choses rompent le jene mis part les gouttes, et il y a dautres qui disent que le kohol et les gouttes ne le rompent pas mais les autres choses le rompent. Et ce qui apparat le plus prpondrant est que toutes ces choses ne font pas rompre le jene. En effet, le jene fait partie de la religion des musulmans que leurs gens communs et leurs gens spcifiques doivent savoir. Ainsi, si ces choses font partie de ce quAllh et Son Messager ont interdit durant le jene, et quelles laltrent, ceci serait parmi les sujets qui incombe au Messager de dmontrer, et sil avait voqu cela, les compagnons lauraient su et lauraient transmis la communaut, tel quils ont transmis le reste de sa charia. Et puisque cela ne nous a pas t transmis par aucun des gens de science daprs le Prophte , ni dans un hadith authentique ni faible, ni mousned ni moursel, de ce fait il est connu quil na rien cit de tout cela. Fin de citation, tire de lptre Hqqet es-sawm, dibn Teymiyya p. 37, d. El Makteb el Islmi.
47. Voir Sahh Sounan Abi Dwod (2082).
48. Limam el Boukhri, quAllh lui fasse misricorde, a dit dans son Sahh : Chapitre : le lavage du jeneur, et ibn Oumar a mouill un vtement et la jet sur lui alors quil jenait ; de mme, Ech-Chabi est entr au hammam tout en jenant, et ibn Abbs a dit : il ny a pas de mal de goter la marmite ou autre. Et el Hassan a dit : Il ny a pas de mal que le jeneur rince sa bouche et se refroidisse. Et regarde teghlq et-telq (3/152).
49. Rapport par el Boukhri (1934), et Mouslim (1121) et ces termes sont lui.
50. Rapport par el Boukhri (4505). Daprs At, il a entendu ibn Abbs lire ((Et pour ceux auxquels il leur a t impos et ils ne le supportent pas, [quils donnent la compensation dun repas pour un pauvre])) ; ibn Abbs a dit que ce verset nest pas abrog, il sagit du vieux g et de la vieille ge, ils ne peuvent pas jener, donc quils donnent manger pour chaque jour un repas un pauvre.
51. Daprs Anas ibn Mlik el Kabi, quAllh lagre : Les chevaux du Messager dAllh nous sont venus en courant, puis je suis venu voir le Messager dAllh alors quil mangeait et il ma dit : approche-toi et mange , je lui ai dit : je suis en jene , il a dit : Assieds-toi, je vais te parler du jene ; certes, Allh Le Tout-Puissant- a dispens le voyageur de la moiti de la salt, et Il a galement dispens le voyageur, la femme enceinte et celle qui allaite du jene . Par Allh ! Le Prophte a dit ces deux choses ou lune delles. Ô regret de mon me ! Si javais mang de la nourriture du Prophte . Voir Sahh Sounan ibn Mdja (1361).
52. Rapport par el Boukhri (1957), et Mouslim (1098).
53. Le cheikh el Albni, quAllh lui fasse misricorde, a dmontr que ce hadith nest pas sauvegard avec ces termes, mais il est avr authentiquement daprs son acte . Regarde Es-Silsila Adh-Dhafa (6383). Et il est affirm daprs Anas ibn Mlik, quAllh lagre, en disant : Le Messager dAllh rompait avec des dattes molles avant quil fasse la salt, et sil ny a pas de dattes molles, il mange des dattes sches, et sil ny en a pas, il prend des gorges deau. Sahh Sounan abi Dwod (2356).
54. Voir Sahh el Djmi (3030).
55. Voir Sahh Sounan ibn Mdja (1432), et Sahh Sounan At-Tirmidhi (2526).
56. Voir Sahh Sounan abi Dwod (2357).
57. Sahh el Djmi(6414), et Sahh At-Targhb wa At-Tarhb (1078).
58. Sahh Sounan abi Dwod (3854), et Tahqq du cheikh el Albni au Moukhtasar el Oulouw de limam Edh-Dhahabi (84).
59. Tel que cela a t parvenu dans un long hadith rapport par Mouslim (2055).
60. Es-Silsila As-Sahha (923).
61. Tel que cela est recueilli dans Sahh Sounan At-Tirmidhi (720), et Sahh Sounan abi Dwod (2380).
62. Sahh el Djmi (2643), et chez At-Tirmidhi (Celui qui provoque expressment le vomissement, quil rcupre [son jene]).
63. Rapport par el Boukhri (304, 1951).
64. Tel quil est attest dans Sahh Mouslim (79).
65. el Boukhri a dit dans le livre du jene : chapitre : quand est-ce quon rcupre Ramadhan ? Et il a dit (ibn Abbs a dit : il ny a pas de mal de sparer [les jours], vu Sa Parole Trs-Haut soit-Il ﮈ Alors quil jene un nombre gal dautres joursﮉ et regarde Taghlq At-Talq (2/41).
66. Abou Houreyra a dit : Il les disperse sil veut , regarde irw el Ghall (4/95).
67. La sparation des jours rcuprer est parvenue de la part de Moudh ibn Djabel, Abou Oubeyda ibn el Djarrh, et Rfi ibn Khoudeydj, quAllh les agre. Voir Mousannaf ibn abi Cheyba (9211, 9212, 9225).
68. Daprs Abou Houreyra -quAllh lagre- : Une fois, nous tions assis chez le Messager dAllh et tout coup un homme vint et dit : Messager dAllh ! Jai pri ! Le Prophte lui dit : quas-tu ? Lhomme dit : jai fait le rapport avec mon pouse alors que je jene. Le Messager dAllh lui dit : trouves-tu un esclave librer ? Lhomme lui dit : non. Il lui dit : peux-tu jener deux mois successifs ? Il dit : non. Il lui dit : trouves-tu de la nourriture donner soixante pauvres ? Il dit : non ! Ainsi, le Prophte se tu, et aprs un moment on lui apporta un plat contenant des dattes, et il dit : O est le questionneur ? Celui-ci dit : cest moi, le Prophte lui dit : prends ceci et donne-le en aumne. Ainsi lhomme lui dit : À quelquun de plus pauvre que moi, Messager dAllh ? Par Allh ! Il ny a pas entre les deux extrmits de ces maisons des habitants dune maison plus pauvres que les miens ! Le Prophte rit donc jusqu ce que ses incisives apparurent puis dit : fais-le manger ta famille. Rapport par el Boukhri (1936), et Mouslim (1111), et ces termes sont el Boukhri.
69. Rapport par el Boukhri (7288), et Mouslim (1337).
70. Rapport par el Boukhri (2009), et Mouslim (759).
71. Rapport par el Boukhri (1901) et Mouslim (760).
72. Voir Sahh Sounan At-Tirmidhi (3513), et Sahh Sounan ibn Mdja (3119).
73. Rapport par Mouslim (984).
74. Rapport par el Boukhri (1503).
75. Sahh Sounan abi Dwoud (1609), Sahh Sounan ibn Mdja (1492). Et consulte Madjmo El Fatwa, du cheikh de lislam ibn Teymiyya, quAllh lui fasse misricorde, (25/71-78), car il a rfut ceux qui rendent licite de donner cette zakat aux non-pauvres, parmi les huit catgories cites dans le Qourn.


; 10 May 2017 02:20 PM
  #2  
11 Jul 2014, 01:28 AM
 
: Aug 2013
: 591

.
  #3  
11 Jul 2014, 01:38 AM
 
: n/a

! ɡ ǡ .
  #4  
11 Jul 2014, 05:12 AM
 
: Jul 2014
: ( )
: 49

! .
  #5  
11 Jul 2014, 03:14 PM
 
: Jun 2014
:
: 380

ɡ .
  #6  
08 Jun 2015, 06:57 AM
 
: Jun 2014
:
: 380

:
1436.
  #7  
24 May 2016, 10:46 AM
 
: Jun 2014
:
: 380

ɡ 1437 .
  #8  
10 May 2017, 02:10 PM
 
: Jun 2014
:
: 380

1438.

« | »



- - -

Powered by vBulletin, Copyright 2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd
Salafi Tasfia & Tarbia Forums 2007-2013