Left Nav Right Nav

Left Container Right Container
 
  #1  
27 Feb 2018, 05:33 PM
 
: Jun 2014
:
: 380


Rponses linguistiques certaines questions sur mes travaux de traduction islamique




-





:
﴿ ﴾ ﴿ ﴾ ﴿ ﴾ Ϻ - ǡ .

" ɡ ɡ ɡ ǡ ǡ : ﴿ ﴾ ]: 56[ : ﴿ ﴾ ]: 30[ : ﴿ ﴾ ]: 16[" 1.

: ǡ ɡ ɺ / ǡ - " /Les universaux du langage"- ɡ ɺ ɡ ɺ ϡ ʡ ɡ ... " ɡ ɡ - - :" "2 ".3

Һ ɡ ǡ ( ) !

- - ɡ ɡ ǡ ! " " ! ɡ ɺ ӡ .

ɡ ϡ - - - -! ... ɡ ߺ ɺ - - ɡ ɡ : ͡ ϡ ѡ .
ɡ : 10 1439/26-02-2018

:

' (alt gr + 4)
b
t
th
j j Alphabet phontique international ʒ ȡ Amin ͡ ɡ a e . ʡ jj djdj

h ͻ
kh
d
dh ˻ л
r
z
s
ch sh
s
dh ou zh л ֡ ٻ
T
dh ou zh л ֡ ٻ
` (alt gr+7) û ڻ
Gh
F
Q ߻
K
L
M
N
H
W
Y

A a
U phontique ɡ
Choubouht Chubuht,
I
Al
() (^a)
(^u)
(^i)
ǡ Ab Ali Ibn Ab Tlib
- .

:
ϡ

ɫ la transcription phontique ǡ :
- ( ) (): " j Alphabet phontique international ʒ ȡ Amin "
ɡ ǡ ں ǡ ɡ Alphabet phontique international . " ". ( ) ɡ ɺ : .
: " j Alphabet phontique international ʒ ".
" / systme phontique" Paul Edouard Passy 4 1888 ɡ 5 lassociation phontique internationale (API) ǡ Les signes diacritiques ʡ : " j Alphabet phontique international ʒ " ͡ /dj/ ǡ ǡ "" Ǻ lAcadmie franaise ɡ "" /dj/ : hidjab hadj djinn djihad moudjahid ʺ : djebel adjuration Hedjaz Djibouti Djakarta ( /ou/ /u/ ) adjectif ɡ adjudant ݡ "" Nedjma 6 adjuvant ʡ la transcription phontique [dʒ] (graphme). ɡ "" ͡ ͡ ͡ ȡ ѡ

(l'crire avec cette graphie /dj/ ߺ ǡ ڡ ʡ - - ǡ ɡ ɡ ɡ ( ) Կ ( ) ͡ " " 7.

ǡ j "" ǡ !

- " ȡ Amin ". j " " ɡ " j Alphabet phontique international ʒ " Alphabet phontique international . : . . " Amin "
" " ͡ ͡ . ǡ " Amin " á . Amn i e Amine "" ɡ : Êmn "" mn . ϡ .

- " ". ͡ Alphabet phontique international . " " ȡ ɺ 6 28 "" "" "" "" "" "" ء "" "" ɡ (haricot, honte) (le h aspir) (protection) ǡ les phonticiens (le r grassey/uvulaire) . " " ʡ ѡ ɡ " " " " . la phontique articulatoire .

- " ͡ ɡ a e . " ɡ :

. : les variantes de ralisation ɡ ɡ la phontique combinatoire ȡ lorthopie . " a e " ! "a" "e" "" "" ں ǡ :

- /a/ - : "" [Edh-Dhall] [Es-Saff] ǡ /a/ (^) "" [Edh-Dhlln] /e/ "" [Es-Sfft] "" [An-Nzit] .
- " e" : "" [Es-Silm] "" [El Bb] [Al Bb] . [la bb] "" (la porte) "" [la dou] (linvocation) " " (la linguistique compare) le transfert proactif " " . ӡ la prche "" le prche le transfert rtroactif ǡ .
- " " : "" [El Hacn] " ".
- " . ". ɡ ǡ ɡ ɡ .

- " jj djdj". "" ǿ ǿ ( ) . . : la gmine ǫla gmination . . "" ɡ "d" .

- "" : " "sh" " Ϳ Ͽ ɡ ʡ ɿ
- "dh ou zh" "z" "d" "" ǡ . "d" "h" "" "" "dh ou zh" .

- "" q ͡ " ߻ " Ǻ . . .

" ". ! ɡ ɿ : ! ɡ .
- "a" :" a ".
: "" ߻ " -- ҡ ɡ
: " " .

- "u" :" phontique Choubouht Chubuht". Alphabet phontique international :

: : API Alphabet phontique international ʡ /u/ - - : but, rue, du, tu, sur, futur, etc. Alphabet phontique international /y/ [byt] [ry] [dy] [fytyr] . ɡ ̡ "" ɡ .

: :" ( ) "u" phontique " ! ̺ ǿ ! : ! ɡ ɡ "u" "ou" : o u digramme. ǡ .

: Alphabet phontique international ɡ ( ) ǡ ɡ (lAPI) ǡ [transcrire phontiquement] ߡ ɡ ١ ɡ ء .

: :" Choubouht Chubuht". ѡ Ѻ -- ݡ ݡ á ǡ ޺ 8 ͡ ǡ ߡ - - ǡ : ﴿ ﴾ [: 70]. - -:" ɡ ϡ ." - - ǡ - - ݡ !

/u/ ɡ ɡ Ѻ "" /u/ɡ : [sud] "" "" ﴿ ۖ ﴾ [: 128] (tube) "" "" [mur] "" "" "" "" [sr] "" ɡ .

ǡ ǡ ǡ Ѻ ǡ ɡ " la lexicologie" le xnisme . ɡ ɡ .

- " " /u/ : !! sunna ݺ " " - - " " ( - - " " [sunna] ) lAPI) ) . : - tradition)) "". tradition)) "ϡ " ڡ ! - - ں tradition)) ! ǡ ǡ ɡ .

" " ɡ " " ɡ Ϻ :[sunna] . (o) (u) ɡ ݡ "" " " ɡ " " - - : " ޡ ١ ..."10 .
. . ( 2007 ) " " ɡ :"
Concernant certains sons comme : (H = ; c = , etc.), et certains mots comme : Sounna, avec [ou] et non pas [U], mme si des traducteurs le translittrent ainsi : Sunna . Je suis persuad que cest une erreur phontique. Pourquoi ? Parce que la transcription du (ou) arabe par le graphme [U] qui appartient lA. P. I. (Alphabet phontique international) peut induire le lecteur non arabe qui na jamais entendu la prononciation, en arabe, du mot Sounna dans une fausse prononciation qui est : Sunna [synna]. Les gens ne pourront pas savoir que ce [u] doit tre prononc (ou), car trs peu dentre eux connaissent lAPI. Bref, cela doit faire lobjet de toute une tude au profit de notre religion en langue franaise. Aussi, une autre remarque pertinente : le Non de Majest Allh , il faut le translittrer (invitablement) avec un accent circonflexe sur le a : (). Celui-ci est le signe phontique de lallongement se trouvant dans ce Nom en arabe. Sinon, la vraie lecture en franais de Allah sans (^) va altrer autant la bonne prononciation de ce Nom Vnrable que sa valeur smantique

ȡ . ɡ .

() " Al" ǡ :
"A" () ǡ "E " : " El".
() ǡ " " : "" : [El Djanna] "": [El Beyt] "": [El Kitb] "".

() ǡ "" "E " "A" "" "" : [An- Nawaw] : [Al Nawaw] ǡ : " " [Es-Sounna] "" [Ech-Charr] "" [Ed-Dr] ǡ .

- ϡ .
"" . : [Allah] (^) /a/ "" (Trsor de la Langue Franaise) TLF . :

1- /a/ :
2- "" . ɡ ɡ 11 : [Alla] ɡ ɡ Ǻ ɡ ɺ ȡ " " (lanthropologie) 12 ǡ !! 13 ǡ
ǡ ǡ ǡ ǡ
( ) "" ! - - ޡ ɡ ɡ ɺ Ǻ ݡ ǡ !

"" ɡ ޡ : [sunnah] /^/ /a/ ޡ ޡ . "" ޺ [sunnah] ( ) ޡ . " " /u/ ɡ /a/ " " " " ɡ ޿ Ϻ : !![Alla-u Akbar] - - : " : ... "14. - - :" ޺ ! " 15.

Ǻ :" ." ڡ (la majuscule) (la minuscule). ѡ ɡ "" "" " " "" ǡ ǡ ǡ : (Prophte, Messager, la Chaise, le Paradis, Le Majestueux, Le Grand, Le Misricordieux, Le Juste, etc.) . ǿ ɡ (des noms communs) - ɡ ɺ prophte ! "" ! P : Prophte "" ɺ M : Messager ɡ m messager - - ѡ "" : ﴿ ٰ ۚ ﴾ [: 50] "" les envoys : ﴿ ﴾ [: 35] .

le Message : ɡ M ɡ message sms P . ɡ - - " " : le rglage de sens () lvidement de sens ͡ ١ ɡ le discours . le rglage de sens, la subduction... 16 la praxmatique ( ). - - :" " . .

ϡ . - - Ϻ ޡ ѡ : ﴿ ٰۖ ۚ ۖ ﴾ [: 2] : ﴿ ۚ ۚ ﴾ [: 88] : ﴿ ۚ ٰ ۖ ٰ ﴾ [: 18] : ﴿ ٰ ﴾ [: 24] ߡ .

:
1435
5 2013

ϡ
. . - - ɡ - Ρ - - ɡ . --.

ϡ :
( le xnisme) ( ) 17 ( ) ɡ ( ) ɡ ɡ ɡ - - . 18 2 ( : ɡ ) :
Dans notre corpus, un nombre important de termes sont des xnismes. Ils sont le plus souvent utiliss pour soit dcrire une situation particulire, soit pour donner plus de prcision au contenu smantique dun terme donn. Ainsi ce point mme note une certaine disparit entre les deux langues franaise et arabe. Car lemploi dun xnisme vient justement palier lcart smantique qui se trouve provoqu par un facteur lexical. La divergence culturelle en matire de religion est, elle galement, un lment responsable de ladite disparit.
En effet, tant donn que cest avec le lexique que lon dcrit les notions propres une culture, il savre que celui-ci mme soit un indicateur susceptible de relever les diffrences culturelles, et ce avec lemploi de termes qui ne sont pas intgrs dans la langue franaise ou qui le sont mais approximativement. Les mots dun lexique donn sont en fait descriptifs au premier plan des ralits culturelles inhrentes la langue auquel il appartient.
Et cest ce moment l que le lexique dune langue a recours au xnisme. Le domaine islamique ntant pas pargn de ce phnomne, lauteur de notre corpus a donc fait appel lusage des contextes divers et varis du xnisme.
A cet effet, trois modes dutilisation des xnismes ont ts remarqus :
A. Des termes de xnismes suivis par une dfinition tel que : quant au terme Mirj, il veut dire linstrument de monter ou daller en haut, une chelle .
B. Des termes de xnismes suivis par un quivalent en franais insr entre parenthses, tel que : le tawf (tourne rituelle).
C. Des termes de xnismes insrs entre parenthses cits aprs un terme quivalent en franais, tel que : fraternisation (mukht).

ѡ ѡ :
1- Les xnismes ١ .

2- Les prgrinismes ɡ ơ prgrinisme xnisme ( le discours oral et le discours crit) ǡ :

3- Les emprunts . ɡ 19(la drivation et la composition).
ɡ (les xnismes) (les emprunts) : Lcriture savante et lcriture populaire

(savante) les xnismes (populaire) (les emprunts) ( ) ǡ 20 (populaire) ӡ .

" " 21 - () ١ ɡ ɡ .
"" ɡ 22 ɡ (les emprunts) " " " " ޡ " " "" mosque ɡ 1352 23 ǡ ɡ .

" " "" "hadith" "" "sunna" .
ߡ ǡ ( ).
ǡ ɡ .
:
(le mot translittrer) ɡ ɡ .

e-a- en-an ou oun i in - o
be-ba-b ben-ban bou boun bi bin b bba-bb bbou bbi b-b bo b
te-ta-t ten-tan tou toun ti tin t Tta ttou tti t-t to t
the-tha-th then-than thou thoun Thi thin th ththa-thth ththou ththi th-th tho th
dje-dja-dj djen-djan djou djoun Dji djin dj djdja-djdj djdjou djdji dj-dj djo dj
he-ha-h hen-han hou houn Hi hin h hha-hh hhou hhi h-h ho h
khe-kha-kh Khen-khan khou khoun khi khin kh Kha-kh khkhou khkhi Kh-kh kho kh
de-da-d den-dan dou doun Di din d da-d ddou ddi d-d dou Di
dhe-dha-dh dhn dhou dhoun Dhi dhin dh dhdha-dhdh dhdhou dhdhi dh-dh dho dh
re-ra-r ran rou roun Ri rin r rra-rr rrou rri r-r ro r
ze-za-z zen-zan zou zoun Zi zin z zza-zz zzou zzi z-z zo z
se-sa-s sen-san sou soun Si sin s ssa-ss ssou ssi S-s so s
che-cha-ch chen-chan chou choun Chi chin ch cha-ch chchou chchi ch-ch cho ch
se-sa-s sen-san sou soun Si sin s ssa-ss ssou ssi s-s so s
de-da-d den-dan dou doun Di din d dda-dd ddou ddi d-d do d
te-ta-t ten-tan tou toun Ti tin t tta-tt ttou tti t-t to t
dhe-dha-dh dhen-dhan dhou dhoun Dhi dhin dh dhdha-dhdh dhou dhdhi dh-dh dho dh
e- en-n- ou oun i in ee- ouou ii o
ghe-gha-gh ghen-ghan ghou ghoun Ghi ghin gh ghgha-ghgh ghghou ghghi gh-gh gho gh
fe-fa-f fen-fan fou foun Fi fin f ffa-ff ffou ffi f-f fo f
qe-qa-q qen-qan qou qoun Qi qin q qqa-qq qqou qqi q-q qo q
ke-ka-k ken kou koun Ki kin k kka-kk kkou kki k-k ko k
le-la-l len lou loun li lin l lla-ll llou lli l-l lo l
me-m men mou moun mi min m Mm mmou mmi m mo m
ne-na-n nen nou noun ni nin n nna-nn nnou nni n no n
ﻫ he-h hen hou houn hi hin h hha-hh hhou hhi h ho h
we-w wen wou woun wi win w wwa-ww wwou wwi w wo w
ye-y Yen you youn yi yin y yya-yy yyou yyi y yo Y


Elabor par votre frre :
Abou Fahma Abd Ar-Rahmn Ayad
Bjaia, au matin du 26 Radjab 1435/ 26-05-2014 G.

:
1- --
" " . ɺ le mot mot . des polysmes . ޡ "" . .
2- -

. " " le sens contextuel . ѡ ɡ ߡ ݡ ݡ . linterprtation la traduction . . . ١ .

3-
ɺ - -.
( - - ).
4-
:
les niveaux ou les registres de langue
"" :
1. Le registre populaire
2. Le registre familier
3. Le registre courant
4. Le registre soutenu
. :

1- La phontique : la faon dont est prononce lnonc (et dont il est transcrit lcrit), ex. Vl lautre ! dans le registre familier.
2- Le lexique : le vocabulaire employ, ex. Bagnole dans le registre vulgaire.
3- La morphologie : les formes grammaticales, comme limparfait du subjonctif dans le registre soutenu.
4- La syntaxe : la construction des phrases et lordre des mots, comme la subordination dans le registre soutenu, et la phrase segmente dans le registre familier.
5- La stylistique : utilisation des effets de styles tels que les images dans le registre soutenu et dans largot.31

ǡ . ڡ Ǻ ɡ ɡ ɡ ɡ ɺ 32 Ӻ (le registre courant ou standard) : (le registre soutenu ou littraire) . le langage soutenu ɡ : " !" !

6- ɿ

ߡ ɡ :" " ... ": " : " ".

7- ɿ
ɡ .
8- - -
ϡ - - ȡ ɺ .
9-

. : . .
:
22 1435
24 2014

:Annexes:
.
Annexe N 1:
Lettre du frre traducteur A., franais converti:
N.B.: La lettre du frre traducteur A., contenant ses remarques est crite en caractres italiques. Mes rponses ses remarques, circulant entre diffrents passages de ses remarques, sont crites en gras, entre parenthses.
Salam aleykoum.
J'ai lu le "jadwal" du frre Abderrahman et sa faon de faire m'a convaincu. Je voyais la phontique autrement, mais sa faon semble plus simple et plus efficace.
Ma seule remarque concerne le "e" la place de la fatha ou du alif. Le problme est que le lecteur risque de lire ce e avec un accent aig: , ce qui ne correspond ni la fatha, ni au alif, mais plutt une "imala koubra" ou "mahda". Pour bien faire et comme le a en arabe comporte une certaine imala, il faudrait crire : (cest bien ce qui est mentionn dans le tableau). Mais l encore, le problme est que le lecteur franais moyen ne fait plus trop la diffrence entre et . Au final, il lira "l lbni" (il est impossible pour un franais de lire les deux lettre (el) comme vous l'avez soulign, c'est--dire un () avec un accent aigu, ce quon appelle en phontique un (e) ferm, dont le degr d'aperture se situe l'extrme dans la bouche, dans la partie la plus leve. Pourquoi ? Parce que, tout simplement, la rgle de la prononciation en langue franaise, pour ce cas, est que la lettre (e) suivie dune consonne, donc v+c (surtout le l pour notre cas ici), et quand cette mme consonne est suivie dune autre consonne : v+c+c (ex. le mot elfe , ou le mot escarp , le (e) qui prcde la premire consonne doit invitablement tre un /e/ ouvert, transcrit en API ainsi [ε], renvoyant en criture graphique laccent grave (), et se prononant dans l'extrme partie de la bouche du Franais, la partie la plus basse, donnant, ainsi, un degr d'aperture trs ouvert. Dans son Cours de linguistique gnrale.,1916, p. 81., le pre de la linguistique, F. de Saussure, dit juste titre:" Il ne faut pas confondre les mouvements fermants et ouvrants que ncessite l'mission des sons avec les diverses apertures de ces sons eux-mmes.33" Cest ainsi que fonctionne lappareil phonatoire dun Franais. Sa langue maternelle veut que les choses soient ainsi. Cest pour cela, dailleurs, quon trouve une multitude incalculable l'esprit humain de mots de la sorte et qui sont toujours prononcs avec un /e/ ouvert /ε/ correspondant justement la hmza meftoha, ex. la lettre (L), elle-mme, se prononce avec un /e/ ouvert ainsi [εl] et non pas l, c'est--dire [el] en API, de mme pour le pronom personnel fminin (elle), ainsi: [εl], ainsi que dans des mots comme : elfe, elbot (genre de poisson), le point cardinal : est, esprit, escarp, esbroufe et son verbe esbroufer aussi, ecdysone (genre dhormone), etc., et on trouve mme des noms propres, voire des titres et des diplmes dont le e est superpos d'un un accent grave en initiale, chose qui nest donc pas inconnue ni inexistante en franais, comme dans bre (un fleuve en Espagne), le titre acadmique s comme dans s lettres par exemple, et aussi en mdiane de certains mots comme mtre, espce, etc. Par contre, le e avec un accent aigu (), ne se met gnralement quavant des consonnes suivies elles aussi de voyelle et dont le e ferm (avec un accent aigu). Ce qui donnera v+c+v, tel que dans : lphant, oliculture, etc. Toutefois on peut tout de mme trouver des exceptions comme pour : lve, chose qui ne concerne pas notre sujet ici qui est: el lif wa-llm. De plus, toujours pour votre remarque) : Mais l encore, le problme est que le lecteur franais moyen ne fait plus trop la diffrence entre et . Au final, il lira "l lbni" (Sachez, cher frre, que la science, et plus prcisment, la phontique qui en est une, ne prend pas en considration, pour tablir des normes de prononciation ou pour corriger la prononciation de certains sons ou phonmes, et autres, le niveau des lecteurs moyens, mais seules lexactitude et la rectitude en sont l'objet; lesquelles sont le rsultat de l'observation pointue conforme la ralit et puisant dans les rgles de l'empirisme. Le souci, pour ce qui nous proccupe justement, est de rapprocher autant que faire se peut les sons arabes des lettres franaises existantes (et le Prophte -salla Allhou 'aleyhi wa sallm- dit dans un hadith gnral: saddidou wa qribou! (en franais): Tenez ce que vous atteignez la rectitude, sinon vous en approcher!" ). Un lecteur franais moyen, soucieux dvoluer, si on laide, il deviendra inchaallh un bon lecteur, du moins pour les termes islamiques que nous translittrons dans nos traductions. Cest ce quon veut faire : relever le niveau), ce qui est loin de la prononciation arabe. Je pense que laisser le a est plus pertinent, (l vous revenez dtruire tout ce que vous avez dit de si bon au dbut. Il nest pas pertinent de laisser le (a) pour reproduire le son de la hmza ou le lif. Ce que vous voulez faire s'appelle en phontique/phonologie: la neutralisation. C.--d., faire perdre l'opposition qu'il y a dans les paires minimales du phonme /a/. Le /a/, dans ce cas, devient un archiphonme, du fait que vous voulez neutraliser les oppositions qu'il y a dans les extrmes: ouverture/fermeture, que j'avais signal plus haut. Ce qui tout naturellement transformera le lif, arabe, par la cause de la neutralisation faisant de lui un archiphonme, en /a/ typiquement franais, littralement dnatur et fauss dans son contexte phontique, le mot arabe dans le quel il apparat. Chose, bien entendu, que je rprouve dans ce livre, et ailleurs, et avec toutes les objections les plus formelles linguistiquement possibles. On refuse catgoriquement la francisation de la prononciation des mots arabe qui sont encore l'tat de xnisme! Dans le cas oppos, on ne sera plus dans la translittration, chine de la traduction/interprtation islamique, mais dans, excusez-moi!, la dpravation pure et dure du systme linguistique arabe; et que, vous, avec ces translittrations boiteuses que vous prsentez nos lecteurs, qui nous font pourtant confiance!, vous ferez excellemment la preuve de l'adage qui accuse: Traduire, c'est trahir! Voil. Et plus dclaircissement est donn dans la rponse notre frre A. N., lui ayant galement soulev une partie de ce problme).
sauf peut-tre dans les cas o la "imala" est assez marque, comme "al beyhaqi", "al imen", etc. (Je ne vois pas o se trouve la diffrence entre lexemple dEl Elbni (avec un accent circonflexe sur le /e/, signe du lif el medd, et pas un accent aigu) et El Beyhaqi ou El Imn (avec galement un accent circonflexe sur le /e/ ! sinscrivent tous dans la mme rgle, c.--d. : le /e/ suivi de la consonne (l) que le Franais prononce comme la lettre (l), tel quil est clarifi en haut).
(Enfin, mon sens, le problme rside en fait chez les traducteurs eux-mmes. Je mexplique. Quand un traducteur nest pas habitu aux sons arabes tels quils sont prononcs en arabe, pour une raison ou pour une autre, il lui sera effectivement difficile de les translittrer avec ce modle-l, quon essaye dadopter. Mais justement, le tableau qui sera la disposition de tout un chacun permettra certes de surpasser ces difficults, avec le temps et lexercice. Lexactitude devant logiquement tre le souhait de chacun. Aussi, et comme je lavais dailleurs dit dans les rponses aux 9 questions poses, et comme vous lavez vous-mme mentionn galement, cette tche de translittrer correctement avec ce nouveau modle ou systme, devrait dornavant figurer parmi les proccupations du site. Il faut quil y ait un frre ou une sur, qui aprs avoir matris le tableau qui sera adopt, tchera de vrifier les transcriptions/translittrations des traducteurs. Il faut rompre avec les anciens tableaux que nous offrent les maisons ddition et les bureaux de traduction, aboutissant des translittrations boiteuses faussant et travestissant la prononciation des mots islamiques arabes. Leur re est dpasse, car ils ne rpondent plus aux avances vertigineuses dans le domaine de la prosodie: "la Cendrillon de la phontique/phonologie." Ces transcriptions, qui sont en vrit des translittrations, si on les suit pour lire des schmes ou des segments arabes translittrs en franais, croyez-moi frre, cela donnera limage dun dyslexique/aphasique en train de bgayer avec des phrases arabes, narrivant pas articuler ses mots. Ça ne peut jamais tre de larabe oral. Jamais. Alors quen franais, cette langue qui la comparant avec la langue arabe est encore primate, jen suis persuad (en effet, si on compare son ge de 3 sicles?, par rapport celui de larabe, avec 40 sicles au minimum; et jouissant d'une mmoire lexicale n'excdant pas les 2000 mots "franais" contre 12 millions mots arabe!, et j'en passe), on narrte pas ―le on rfre ici aux Franais― de faire des efforts infatigables pour permettre aux apprenants qui tudient le FLE (franais langue trangre), voire aux quelques 250 millions locuteurs (selon les statistiques les plus optimistes), disperss dans toutes les aires francophones, de prononcer correctement les son franais. Et, ici, chez nous (Algrie) et ailleurs, dailleurs, on enseigne pour ce but dans les tudes suprieures la fac. des cours qui sintitulent loral , la phontique articulatoire , la phontique corrective , la phonologie , etc., pour ne citer que ceux-ci. Tout un dispositif pdagogique au service de la langue de Voltaire, ou de Molire?! Ce qui nest toutefois pas mauvais en soi. Mais, nous, quest-ce que nous faisons pour performer les comptences du locuteur arabe ou arabophone, ou en encore francophone apprenant l'islam et lisant ses mots arabes translittrs en franais ? Scientifiquement, on ne peut plus continuer d'accepter des translittrations franaises, boiteuses, des mots arabes qui ne disent pas, ces translittrations, la ralit des lettres, notamment concernant les termes de lislam.
Wffqa Allh el Djam3 lim youhibbou w yerd).

Annexe N 2:
Lettre du frre traducteur/relecteur M. R.
Le travail de traduction au site
Voici mon point de vue concernant le travail de traduction, aprs avoir pris connaissance des remarques judicieuses du frre Abderrahmane quAllah le rtribue pour sa contribution. En consquence, je reprends point par point les questions souleves par lui:
1 La traduction ne doit pas tre littrale sinon, comme on dit, on passe ct .
2 Japprouve aussi le 2e point dans son intgralit, car cest sens et logique.
3 Oui, pour le 3e point galement.
4 Concernant le 4e point (respect du niveau vraiment lev de notre cheikh quAllah le garde --, cela doit tre respect et digne dattention et sans discussion aucune. Jespre que nous parviendrons tous atteindre ce but, avec le temps, car chacun de nous a sa propre exprience limite et comme on dit, cest en forgeant quon devient forgeron . Rien nempche, bien sr, de se concerter entre nous les traducteurs. Pour cela, un contact direct par mails ou tel est souhaitable (le mail est meilleur).
5 Prendre en considration le niveau du lectorat. Pour ce point, la remarque du frre Abderrahmane est judicieuse. Cest mme une obligation de prvoir la diffrence de niveau quoique cela est imprvisible mais rien nempche de faire un effort dans ce sens.
6 Je pense que cela est indispensable (rfrences et bibliographie) sinon on passe ct du sujet compltement. Bien sr, l aussi, la concertation peut beaucoup aider surmonter cette difficult bi Idhni Allah. Il y a aussi la lecture personnelle constante de faon gnrale et qui peut contribuer acqurir davantage dexprience et doutils solides pour une efficacit maximale (cest mon humble avis).
7 La transcription des noms propres de quelque nature quelle soit est primordiale. Cest un problme quon rencontre partout. Mme les ouvrages en langue franaise, dits en France ou ailleurs, diffrent en cela (y compris les dictionnaires) et sagissant mme des noms trangers et pas uniquement arabes. Quand je travaillais dans les journaux, jai remarqu cela et ils nont trouv aucune solution cette question et le problme demeure toujours. Mais, au site, je suis convaincu quon peut dpasser cela, si on adopte ds maintenant une transcription unifie. Cest facile et il suffit dadopter une transcription unique pour tous et avec le temps (et la concertation permanente), on y arrivera Incha Allah. Bien sr, lun de nous doit se charger de rviser cela avant la publication finale du travail (ce nest quun point de vue personnel), autrement, comme la si bien remarqu le frre Abderrahmane, on produira un travail incongru, approximatif, incohrent et indigne de la valeur intellectuelle et spirituelle de notre valeureux cheikh quAllah le garde.
8 Les ouvrages de rfrences, il va de soi, sont obligatoires et indispensables. Personnellement, je procde comme suit :
Je consulte, mme rapidement, les sites islamiques mais en faisant la comparaison entre ce quils proposent comme significations aux termes que je recherche.
Jai quelques dictionnaires dont je vous donnerai les titres, cela va de soi, car ils mont beaucoup aid jusque-l. Cest un travail de recherche et de documentation et cela permet de menrichir. Jai commenc mtablir un petit lexique personnel que jenrichis au fur et mesure () Je consulte quelques fois des amis qui ont le niveau requis (religion et savoir).
Pour terminer, je dirais que le frre Abderrahmane a vu juste et japprouve entirement ce quil a crit et jaimerai bien le rencontrer Incha Allah.
P.S. : Je crois que dans son expos, il a oubli la numrotation du point 5 et cest pour cela quil a termin avec le chiffre 9, et moi avec le chiffre 8, car jai adopt une analyse point par point.
A la fin, jajouterai des points qui me paraissent incontournables, indispensables et tout aussi importants, mon humble avis, et qui sont les suivants :
Il faut accorder une grande importance lorthographe et la grammaire, en gnral, sinon quels que soient nos efforts de traduction, on pourrait, paradoxalement, aboutir des rsultats contraires au but. Jai t correcteur rviseur dans la presse et maisons ddition et jai accumul, Oua Alhamdou li Allah, une petite exprience qui ma t utile dans ce domaine.
Prendre garde la ponctuation, cest tout aussi important et cest une rgle universelle. Malheureusement, dans la plupart des ouvrages dits en langue arabe, cela nest pas respect et, croyez-moi, cela mattriste beaucoup, et pourtant cest facile ! Que ce soit la virgule, le point virgule, les espaces, les guillemets, les crochets, les deux points etc. chaque lment a son importance et sa place (et cest trs facile matriser, dailleurs).
Il faut respecter la toponymie. Je mexplique : Les titres douvrages et les produits spirituels, les citations doivent toujours tre mis en italique et non pas en droit. Un exemple ? On crit : Conseils un mdecin musulman (titre dun livre de notre cheikh) et non pas Conseils un mdecin musulman.Voil ce que je peux dire, pour le moment, et quAllah vous bnisse tous. Amine. Votre frre : M. R
.

Annexe N 3:
Lettre du couple (poux-pouse. L'pouse est franaise convertie, spcialiste en russe) transmise par l'poux A.N.:
N. B.: La lettre du couple traducteur A. N., contenant ses remarques est crite en lettres italiques. Mes rponses ses remarques, circulant entre les diffrents passages de ses remarques, sont crites en gras, entre parenthses.
La transcription de la damma est plutt connue par lutilisation de la lettre u comme dans sunna , (ce nest pas ce qui est connu (en plus que cet adjectif connu est assez ambigu: connu o et de qui ?) qui intresse la dmarche scientifique, mais cest plutt de sefforcer datteindre lexactitude, chose quon fait en phontique, qui est une discipline scientifique, et si on ne parvient pas lexactitude, on essaye de se rapprocher de la vraie prononciation autant que faire se peut. Aussi, ce qui est connu, ne veut pas dire que cest correct et juste. Sinon la bid'a, en religion, serait la norme, tant donn quil se trouve des bid' beaucoup plus rpandues que les sounn, nest ce pas ? Notre rle, est de faire connatre ce qui est correct nos lecteurs) part dans la transcription de certains prnoms comme Mohammed, par exemple. (Ce qui fait que cela va crer une exception phontique, alors quon est seulement au stade de xnisme, et le mot sunna nest plus un xnisme, mais un emprunt (revoir lintroduction ce tableau, si vous ne lavez pas encore lue, le site vous la fera parvenir)
Les organismes qui ont tent de normaliser la transcription de larabe vers un alphabet latin ont tous utilis la lettre a pour transcrire la fatha ou le alif . Le but, ici, nest pas de faire une rvolution dans le monde de la transcription (du tout. Ce que nous voulons, cest, tout simplement, corriger les erreurs de translittration manifestes que nous offrent les traducteurs et les maisons ddition. Il faut dornavant rompre avec ces pratiques phontiques qui ne tiennent plus face lavancement des sciences du langage en gnral, et de la phontique avec toutes ses branches, plus prcisment. Ces pratiques sont rsolument dpasse et rvolues, et elles ne correspondent plus lexpansion de la da'wa via les moyens de tlcommunication et les technologies. Les gens coutent des audio et visionnent des DVD sous-titrs, cest incroyable dentendre un son dun terme arabe donn et de retrouver en sous-titrage une translittration boiteuse!) mais au contraire de tenter de suivre (suivre non, plutt imiter) la norme (quest-ce quune norme ? et de quelle norme parlez-vous ?) pour que le lecteur puisse sy retrouver entre les diffrents ouvrages (de qui ? du Cheikh ? La translittration, une fois un tableau sera adopt, sera unifie. Sinon, pour les livres dautres savants, auxquels les traducteurs appliqueraient une autre translittration, cela deviendra une question de "divergence", et la divergence existe partout, mme en religion, comme on le sait tous. Lintrt est de parvenir lexactitude ou de sen approcher, et le Prophte salla Allhou 'aleyhi wa sallem dit dans un hadith porte gnrale saddidou wa qribou! (en franais): Tenez ce que vous atteignez la rectitude, sinon s'en approcher!" !), et Allh Ta'la dit ( wa qolo qawln sadidn (et parlez avec droiture!)) quil va lire et les rfrences des livres en arabe par exemple (bien au contraire, cest une translittration correcte qui lui permettra de trouver les rfrences aux livres). De plus, lintrt du lecteur musulman non arabophone est dapprendre la langue arabe et non de se contenter dune transcription qui lui permettrait dapprendre la prononciation des mots sans mme faire leffort dapprendre la prononciation des lettres arabes et encore moins la langue arabe (la transcription (ou plus exactement la translittration) est invitable, lapprentissage de la langue arabe vient, gnralement, un stade plus avanc, une translittration plus ou moins correcte pourra juste titre lui frayer le chemin lapprentissage de la lougha. Elle lhabituera se familiariser avec les sons arabes. Cest exactement comme un enfant qui commence apprendre sa langue 1 ou une langue 2, il acquiert les sons un bas ge, puis les tudiera lcole. Un apprenant tardif dune langue trangre, larabe pour un francophone ou un franais, langue trangre ou langue seconde pour lui, nest pas exclu de cette rgle. Quant lapprentissage de la lougha, on a recommand ladministration du site de mettre une note, dans les livres publier, signifiant que la traduction nest quune tape initiale, provisoire et transitoire, que lapprentissage de la langue arabe est invitable si on veut apprendre lislam. Cest dautant plus valable pour tout musulman ayant la himma pour apprendre. Quant aux autres, qui nont pas la capacit, par ce quils sont gs par exemple, cest effectivement cette mthode de translittrer correctement- qui va leur permettre de savoir ce qui se passe dans certains mots phontiques arabes. Dcouvrir une prononciation diffrente sa langue maternelle est bnfique, mme un ge recul. Pour lanecdote : jai une tante qui a maintenant 75 ans, elle vit en France depuis plus de 50 ans, et cest depuis environ une ou deux annes quelle a commenc apprendre les sons de la langue arabe. Et quand ? Cest quand elle a dcouvert la voie de la Sounna, et elle suit mme des cours de tedjwd pour perfectionner sa prononciation de certaines sourates comme la fatiha. Il faut aider ces gens prononcer certains termes correctement, surtout les concepts de la 'aqda, par exemple).

La difficult repose par contre sur la transcription du alif lm (cest en effet le mme point soulev par notre frre A., plus particulirement la prononciation du lif. La rponse dans le dtail cette question se trouve plus haut, dans les pages prcdentes) qui peut tre de plusieurs sortes : on peut le coller au mot suivant, ce qui est le cas dans la translittration rigoureuse (alkitb) (ainsi ? et rigoureuse ?! Cette translittration se notera en API ainsi [alkita:b], les deux points sont le signe de lallongement, reproduit par un accent circonflexe en translittration. Je pose une question : cette translittration, retranscrite en API, reproduit-elle correctement la prononciation arabe ? La rponse est celle-ci : En langue arabe, en ne prononce jamais el lif wa-llm avec le son (al) franais, que prononcerait tout franais le voyant crit ainsi, car il est habitu le dire ainsi dans des mots de sa langue, incalculables, commenant par la voyelle /a/ suivie dune consonne (v+c), comme dans : alcade, alchimie, Algrie, Allemagne, , algbre, algorithme, alfa, alpha, Albert, albinos, etc. Dans ce cas, la lettre a est une voyelle palatale non arrondie et brve. Pour reprendre votre terme, la translittration rigoureuse du mot kitb est celle-ci : El Kitb, qui, avec des lettres franaises connues merveille de tout franais, disent exactement le mot kitb comme le dirait un Arabe. Voyez, cest simple, clair et exact. Votre translittration, par contre, parmi ses dfauts en est le fait d'avoir travesti le /t/ en /ta/, correspondant en arabe la lettre ! Au lieu de . Voyez-vous ce que vous faites?!) ou le sparer du mot par un tiret (al-kitb), (plutt le relier par un trait dunion, quant la premire graphie (alkitb) que vous avez donne, cest un mot soud, vous avez fait une soudure ou une agglutination) pour marquer le fait que cest un article qui ne fait pas partie du mot, (donc, ce quil faudrait faire, cest justement de le sparer du mot et en supprimant, tout fait, le trait dunion. Quel est le rle du trait dunion ici? Cest un signe excessif qui na pas de rle. Ce que jai dailleurs mentionn dans ma critique du tableau de transcription du site, et cest ce que je fais dans mes traductions) ce qui est frquemment utilis dans la transcription (ce qui est frquemment utilis nest pas une preuve pour que a soit correcte et juste, tel quil est mentionn en haut, et il y a ce quon appelle en arabe el khata ech-Chi : une erreur qui est largement rpandue, mais qui reste une erreur, et la correction doit venir un jour ou lautre). La transcription du alif lm pose un autre problme concernant les mots qui commencent par une lettre solaire. En effet, on pourra soit retranscrire la gmination (redoublement dune consonne) en remplaant le lm par la consonne qui suit (az-zaytn), (et cest justement la translittration la plus correcte, mis part le a avant le z , comme il est dit plus haut) ce qui correspond la prononciation du mot, ou en laissant le lm et en y ajoutant la gmination, comme cest le cas dans la translittration (alzzaytn) (cest de larabe a ?! Cette translittration vous donne en API ceci [alzajtu:n]. Notez quen transcription on ne transcrit que ce qui est rellement prononable dans le mot, ainsi, dans la langue arabe, prononce-t-on la lettre lm dans el zeyton ? La rponse est claire. Mais semble-t-il que vous ne faite pas la diffrence entre la transcription, la translittration et lcriture graphique. Une translittration correcte peut se vrifier par la transcription en API, en se rfrant la prononciation du mot en question dans sa langue dorigine. Translittrer veut dire : substituer, permuter ou intervertir, dans un mot, chacune de ses lettres, une lettre la plus proche dans la prononciation originale dans une autre langue, dailleurs le mot lui-mme translittrer le dit bien. Quant la transcription phontique, cest dcrire phontiquement avec lAPI, le systme de notation le plus connu, quoi quil y a dautres, c'est--dire crire avec des signes et des diacritiques conventionnels chaque phonme dun mot dune langue donne. Quant lcriture orthographique, cest, une fois le xnisme install dans la langue daccueil quon lui fixera une graphie, correcte ou fausse soit-elle. Remarquons enfin quil arrive des incorrections ces trois niveaux, cest pourquoi dailleurs quon opte incessamment des rvisions et des rformes) ou ne pas retranscrire la gmination et, dans ce cas, le lm restera tel quel (alzaytn ou al-zaytn). Je pencherai plutt pour une transcription du style az-zaytn . (Ce que vous faites ici, et depuis le dbut, dailleurs, cest de soulever des problmatiques de phontique arabe fusionns la phontique franaise, et du coup vous optez pour des prfrences passionnelles sans dire les raisons scientifiques, ni de la problmatique elle-mme, ni de votre prfrence! Ici, on retombe dans le mme schma de pense quon retrouve dans les commentaires faits sur le tableau de phontique du site (Supra, p. 5), que javais critiqu, car, chaque fois qu'ils aient opt pour tel ou tel autre graphme, les traducteurs ayant conu ce tableau mettent une remarque qui relve dun point de vue personnel. Vous tes dans loptatif. Or, la dmarche scientifique se base sur lobservation et la description. On est dans lempirisme).
Lutilisation dune majuscule en dbut de chaque mot na pas de raison dtre proprement parler (cest une erreur qui est faite au niveau du site .Pour ma part, jai fait attention autant que je le pouvais ne mettre aucune majuscule aucune lettre. Dailleurs, dans ce tableau mme, les lettres crites, par inattention (effectivement, quand on crit dans ce tableau, ds quon appuie sur la barre despacement pour passer une autre lettre, la lettre prcdente prend une majuscule), en majuscule se comptent sur les bouts des doigts), elle alourdit plutt la lecture (une majuscule alourdit la lecture ? Comment cela ? Sur le plan oral, donc phontique, il ny a, absolument, aucune diffrence entre une majuscule et une minuscule, elles se prononcent de manire on ne peut plus identique. Lunique diffrence qui se trouve est au niveau graphique pour des raisons connues. Cest tout.) et ne devrait tre rserve qu la transcription des noms propres ( vous avez restreint ce qui est large! Comme disent les Arabes ; et, veuillez ajouter, ce que vous avez cit, les noms communs caractre religieux, tel que je lavais expliqu en arabe dans la critique du tableau (Supra, pp. 24-25), et en me basant sur des donnes des sciences du langage, la praxmatique plus prcisment).
Le problme concernant ce choix de transcription est que la gmination du jm devient alors impossible prononcer, (impossible prononcer ! Cest aussi un autre point de vue, de votre part, htif et hasardeux cette fois-ci, tel que vous apercevez la lettre djim arabe, point de vue qui, malheureusement, ne repose pas sur un fait scientifiquement observable, sinon la ralit de cette translittration du djim en est autre. Voir pour ceci, supra, pp. 8-9, et 13-14) trs loin de la prononciation initiale (comment a ? Parce que vous essayer peut-tre de prononcer sparment chaque lettre ? le d puis le j ?) et mme difficile lire (Oui. Donc tout est difficile voire impossible. La majuscule est lourde lire ? Le djim avec /dj/ est aussi difficile lire. Et beaucoup de mots franais ne sont pas difficiles lire ? Voire les franais eux-mmes se perdent dans la lecture et la prononciation de beaucoup de mots de leur propre langue! Dans lapprentissage et dans la lecture on ne met pas les gens dans du coton. La science sacquiert par leffort et la patience, et dans le temps; et il nest pas permis de travestir les sons de la langue arabe pour soit disant faciliter la lecture ou la prononciation, chose qui se fait malheureusement avec ces tableau de transcription boiteuse que nous donnent les traductions. Limitation tue la recherche fonde et florissante) Il faudrait plutt choisir dutiliser un j pour la transcription du jm , mme si je suis daccord sur le fait que dj est plus juste pour la prononciation (wallhi amroun 3adjb, on laisse ce qui est juste pour suivre ce qui est injuste !), mais, encore une fois, quel est le but de la transcription dans notre cas ? (Faudrait lire la critique du tableau que javais faite en arabe, supra, p. 7 et suiv. Quoi que la rponse cette mme question est donne en haut, Mais puisque vous me posez la question, je rponds nouveau en disant, et trs brivement : le but de la translittration est damener le lecteur lisant des termes islamiques arabes, des xnismes, les prononcer correctement).
*En dbut et en fin de mot, ex. dhnb, dhnbn, nhou, etc. Le recours laccent grave sur le /e/ avant le /n/ est dict par le fait que le lecteur francophone est habitu prononcer des mots forms de en , qui est une voyelle nasale, ainsi [ã], lquivalent du son (an), comme dans les mots an, cent, sans, sang, temps, banc, etc.
Les voyelles nasales reprsentent une des caractristiques principales de la langue franaise, ce qui nest pas le cas dans la langue arabe. (Semble-t-il que vous navez pas bien lu la remarque 6. Je lexplique : afin dviter de confondre, chez le lecteur franais, le son n du dhl suivi de non, et du tnwn, comme ici dans (dhnb et dhnbn), on met laccent grave sur le /e/, sinon le lecteur va le lire comme il lit des mot qui se terminent par en , et qui correspondent en API au graphme [ã], comme dans les mots cent, il rend, sang, dent, etc. Donc, pour justement viter cette confusion, on met un accent grave sur le /e/ avant le /n/. Encore une fois, le but nest pas dapporter au lecteur non arabophone une transcription lui pargnant leffort dapprendre larabe (aucun traducteur ni lecteur ne dira cela. Car on ne translittre que des mots qui sont trs peu dans chaque livre ou article, et je ne sais pas si vraiment vous avez compris tout ce que javais crit depuis que jai commenc parler du tableau de phontique du site avec tout ce qui a suivi aprs ? (dsol de rpter cette remarque, mais tous vos commentaires sont claircis dans la critique ), la seule langue qui lui permettra dapprendre le qorn (Qourn avec un u aprs o sil vous plait!, pour le prononcer correctement, et cest la Parole dAllh, et avec galement un Q majuscule) et la sunna (mme remarque, et cest, entre autres, les paroles du Prophte Salla-l-Lhou 'aleyhi wa-sallm) et daccder la science religieuse ncessaire lapplication de notre belle religion. quoi que ce nest pas notre sujet, ici, car on ne parle pas de trancrire toute la langue arabe mais certaisn termes Et encore une fois, on avait recommand au site de porter une mention sur leurs livres disant que cest la langue arabe qui est la cl des sciences de lislam. Il faut donc lapprendre. Et le frre N. R., reprsentant le site, lors de notre runion, bien aim cette proposition et a pris note, Baraka Allh fih.
*En dbut et en fin de mot, ex. ? Pardon, javais oubli. En dbut de mots pour les mots commenant par un rⒻ et suivi de n , comme par exemple le mot connu de tous Er-Rand (herbe aromatique culinaire), Er-Ranh (signifiant vertiges, confusion), etc. et en fin de mots, spcifiquement les mots ayant des lettre finales portant un tnwn comme : machkoran, madjboran, etc. Et ici je trouve trs intressante la proposition de notre frre N. de mettre un e aprs n pour viter la confusion avec les voyelles franaises nasales tel que dans : sang, ban, banc, grand, dent, etc.

*Idem pour toutes les autres lettres se terminant ainsi.
*Entre les voyelles, toujours transcrire s par , ou c , pour viter la confusion avec le son [z].
Changer la transcription dune lettre en fonction de sa place dans le mot ne fera quembrouiller le lecteur (il ne sagit pas de changer sa place dans un mme mot, mais dans des mots tout fait diffrents, chose qui ne peut embrouiller le lecteur, on crira alors : Yoouf, qui sera lu impeccablement par nimporte quel francophone avec un s et qui correspond tout fait la prononciation arabe, avec un sn , et a permet au lecteur de ne pas le confondre avec le z , si on mettait Yousouf, ainsi, entre deux voyelles, ce qui naturellement mnera le Franais le lire Youzouf , nest-ce pas ?). Si lon veut faire une transcription phontique exacte, il faudrait utiliser les graphmes classiques de lalphabet phontique international (Jamais un spcialiste va propos cela !), ce qui deviendrait illisible pour un lecteur non averti (Et l vous dmontez votre proposition. En plus, il ne sagit pas cher frre dun lecteur non averti, mais de tous les lecteurs qui nont pas accs lAPI, et cest lcrasante majorit des Franais et des francophones, et encore une fois, je ne sais pas si vous avez lu ou du moins compris ce que javais crit dans la critique du tableau de phontique ? Je sais que je me rpte, mais je nai pas le choix). Il faut donc se cantonner une transcription approximative en se basant sur les normes internationales prexistantes, telles celle de l Encyclopaedia of Islam (pour le franais ?), la norme DIN 31635 ou encore la norme ISO 233 (plus spcifique la translittration rigoureuse (encore le terme transcription rigoureuse, je ne sais pas o est cette rigueur qui nous ferait lire YoÇouf :YouZouf ! De plus, ce quon veut ce nest pas la norme ISO, qui ne nous permet pas de bien dire les termes arabes, mais la norme SOUNNA, qui parmi ses sens : la dmarche, le suivi, la voie, le chemin, la manire Il faudrait donc suivre la prononciation des termes arabes comme le font les Arabes), pour ne citer quelles (Si vous en avez dautres plus correctes et labores par des spcialistes arabes et pour la traduction islamique, faites-nous en profiter, et vous en serez remercis chaleureusement).
La transcription du shn est communment (je ne sais pas qui renvoie ce communment , si cest aux Anglais et aux anglophones, je dirai oui) faite par lensemble des deux lettres sh (cet ensemble des deux lettres sappelle un digramme, en phontique) dans les normes internationales ( ?) et en translittration ( ?), on utilisera un s avec au-dessus un accent circonflexe lenvers (soubhnallh ! Plus on sloigne de ce qui est simple, clair et compris de tous les Franais, le ch en question, on propose des bizarreries !, ce qui est la translittration internationale des graphmes correspondant ce phonme (et dans quel livre islamique trouvez-vous cela ? Ou encore dans quel manuel administratif ou journal francophone, je dis journal parce que cest le document de chevet de tout Franais et francophone illa mn rahima Allh). Mais cette approche est plus spcifique et plutt rserve aux personnes averties (encore averti! Je vous conseille de faire attention ces termes. Car un lecteur averti un sens trs prcis dans la critique littraire . De plus, ce signe nest pas le domaine des personnes averties mais des spcialistes) . A vous de voir si vous prfrez utiliser une norme internationale ( sh ) ou plutt rgionale ( ch ) Pour finir avec a, en traduisant en franais, on ne sadresse pas aux anglophones ni linternational proprement parler, mais des lecteurs soit Franais soit francophone, et chacun deux connat perfection comment se prononce ce digramme : /ch /. Ce quon prfre par contre, en tout cas pour ma part, cest de nous baser sur ce qui existe dans lcriture et la prononciation franaise pour crire correctement les sons de notre langue, la langue de lislam. Et pour linformation, il y a une nouvelle discipline qui essaye de natre, elle sappelle la socio-didactique, parmi ses proccupations, il y a le fait de se baser sur les pr-acquis dun apprenant. C'est--dire en se basant sur ce quil a appris dans sa langue maternelle, langue 1, les sons pour nous, on lui apprendra les sons dune langue 2. Et le tableau de translittration que je propose sinscrit dans cette dmarche; alors nous nous servir de ce qui existe dj dans lorthographe et la prononciation franaises (les pr-acquis en question) pour reproduire exactement certains sons arabes. Quant aux cas o cest impossible, parce quil y en a, et jen suis conscient, on sarrtera pour le moment ce qui nous est donn arbitrairement.
*Mme principe douverture (feth) que pour la hmza. Le signe, diacritique, notant la lettre (), qui est celui-ci (), (esprit rude) doit tre nettement distingu de lesprit mou () notant la hmza. Pour lobtenir, on doit toujours appuyer sur la barre despacement et juste aprs sur la touche contenant le numro 4, en haut du clavier, gauche. Cette manuvre laisse toujours un blanc ou un espace avant ce signe, alors pour annuler cet espace, on doit revenir en arrire en appuyant sur la touche deffacement, en haut du clavier, droite).
Je propose ventuellement, une fois un tableau dfinitif adopt, de le mettre en dbut ou en fin de livre pour permettre au lecteur de sy rfrer pour dventuelles recherches relatives aux ouvrages cits dans le livre, par exemple (et pour la bonne prononciation des termes islamiques quil y trouvera). De plus, si vous souhaitez perfectionner la prononciation de la transcription, il sera possible dy ajouter la correspondance de chaque graphme en alphabet phontique international (Je redonne la mme remarque quen haut : jamais un spcialiste travaillant pour la traduction islamique ne saura suggrer une telle chose. Je vous recommande de relire la critique du tableau de phontique, supra, p. 5 . Les lettres arabes, et leurs sons correspondants, sont, jusque-l, assez saps, la cause revient aux non-Arabes ainsi quaux Arabes qui gravitent dans leurs sphres, qui ont adopt ces translittrations boiteuses. Vous savez, quand on analyse des faits de langue ou de langage (y compris la phontique, la prononciation, etc.) la diffrence entre un spcialiste et un non-spcialiste est que le premier peroit et voit ce que le second ni ne voit ni ne peroit).
Je tiens attirer lattention sur lutilisation de la ponctuation : chaque signe de ponctuation a un sens prcis et une typographie spcifique (diffrente par exemple entre langlais et le franais). Je vous invite pour cela vous rfrer au site www.la-ponctuation.com qui vous donnera des informations prcises et claires sur quand et comment utiliser chacun des signes de ponctuation. (Ce point est important. Mais je tiens vous signaler que la ponctuation traditionnelle (apprise lcole et dans les livres non actualiss) est dsormais enrichie. Certaines disciplines lui ont apport du renouveau. Notamment depuis la naissance de la phonostylistique et de la prosodie).
Remarque : Nos frres traducteurs sont fortement convis enrichir ce tableau et concourir le ramener la perfection. (On ne dira pas dans ce cas-l ramener la perfection car cela sous-entend quil a t un moment donn parfait, on utilisera plutt le verbe mener ou encore perfectionner ) (Pourquoi on ne dira pas ramener la perfection ? (et vous le dites comme a, avec une phrase assertive). En effet, le tableau a t parfait un moment donn, car comme vous le voyez bien, je me suis bas sur ce qui existe dj, la majorit des lettres ne sont pas touches, jai essay damliorer certaines autres, qui ont fait le sujet de ces discutions qui je lespre feront jaillir de la lumire comme on dit. Ceci sur le plan du sens que vous avez soulev. Quant la forme morphosyntaxique, ramener du verbe amener et non pas mener que vous avez soulign, veut dire littralement : amener une seconde fois, chose qui colle trs bien avec le sens que javais cit. Mais paradoxalement, mme avec le sens que construit le verbe que vous avez propos (mener), la formule que jai utilise reste faisable. Pourquoi, parce que dans lusage, et plus exactement dans le niveau standard ou courant du langage, on utilise ce verbe ramener pour dire apporter, porter, transporter, etc., comme on le fait tous, en France et ailleurs, dans des expressions telles que Je te ramne ton livre quand je viendrai , cette phrase, le verbe ramener qui sy trouve ne signifie aucunement que japporte une deuxime fois ou que javais dj apport le livre et je le re-ramne. Vous savez, en sciences du langage, lusage est une rfrence qui devient une norme avec le temps. Et ce quoi on veut justement arriver avec ce tableau visant la translittration correcte, long terme, tourne autour de ce principe. Dans les langues humaines, l'usage cre la norme. Wa Allh waliyyou Et-Tewfq. Celle-ci tant chose prcieuse mais pas impossible). (Ceci ne peut tre une phrase en soi, cest une annexion de la proposition prcdente qui doit en faire partie. On mettra donc dans ce cas-l une virgule et une minuscule celle-ci .) (Dire que ce nest pas une phrase, et avec un ton on ne peut plus assert, est assez gauche! Quest-ce quune phrase ? Effectivement, la grammaire traditionnelle enseigne qu Une phrase commence par une majuscule et se termine par un point. Mais pour tre franc, quand jcrivais la fin de ce travail, je ne me rvisais plus. Except les informations que je donne. Sinon la construction des phrases, leur structure, et la syntaxe et tout a, je navais plus le temps de les revoir. Et je navais mme pas de brouillon. Je retranscrivais spontanment mes penses. Malgr cela, les deux phrases sont comprhensibles et smantiquement correctes quand on les lit successivement. Il ny a certes aucun problme l-dessus. La connexion logique articule par le point vous guide. Et aussi dire) : cest une annexion de la proposition prcdente qui doit en faire partie. (Le terme dannexion est propre la grammaire arabe el idfa. Quant notre cas, il sagit dune subordination. La principale est la premire et la subordonne est la seconde. Et llment celle-ci est un adjectif dmonstratif renvoyant une chose prcdente qui est trs proche. Et gnralement, dans la subordination on spare les propositions, comme vous lavez bien mentionn, par des virgules ou des points-virgules. Et javais cherch -htivement- dans deux livres pour voir si on peut relier un dmonstratif llment quil montre mme en les sparant par un point, mais je nai rien trouv -pour le moment-. Mais dans un autre paradigme linguistique, dans de telles constructions, il y a lorature (pour reprendre le terme de Pierre Lon, dans son livre, La phonostylistique) qui influence lcriture. En effet, quand on parle on ne fait pas attention aux pauses que reproduit le point lcrit, et puisquon parle plus quen crit, et plus vite quen crivant aussi, cette influence prend donc surface. Toutefois, si cest catgoriquement une erreur, honntement je men doute, on trouve justement ici le fruit de la relecture et de la rvision. Et baraka Allh fikoum pour la remarque).
(Mais un travail collectif, responsable et fond sur la recherche et lempirisme donne sans doute des rsultats aussi bien viables quenviables. Et je vous remercie beaucoup pour toutes vos remarques. Elles ont certes contribu reprer beaucoup de choses, mais galement nous reprer nous-mmes; et, surtout, mesurer la teneur du travail que javais propos).
Remarque : Le tableau de translittration propos peut tre dans un premier temps difficile appliquer, et cette difficult relve des comptences phontiques de chaque traducteur. Mais avec les rvisions au site, les choses entreront dans lordre. Aussi, avec le temps et lexercice on arrivera tous le matriser biidhnillh. Cela pour ce qui concerne les traducteurs. Quant aux lecteurs franais ou francophones, je ne pense pas que cela leur posera des problmes de dchiffrement tellement on leur translittre avec des caractres quils matrisent, qui sont lapanage de leur langue maternelle ou L 2.
Commentaires apports par votre frre :
Abou Fahma Abd Ar-Rahmn Ayad
Bjaia, au matin du vendredi 08 Chbn 1435/ 06/06/2014 G
.
Annexe N 4:

.
:
( ) - - - " " : Conseil aux enfants dAlgrie .
ǡ . enfants)))) dAlgrie)) )) de lAlgrie)) )) .
- - - : . . ( ) " " ȡ :
: ѡ "" .
- : " "
: . .
:" aux enfants d'Algrie :( ) aux peuple d'Algrie "
: les polysmes ɡ ޡ la smantique et la lexicologie
Mortureux Marie-Franoise La lexicologie entre langue et discours 14 . 2004
: La plupart des lexmes apparaissent polysmiques ; en revanche, les vocables qui les actualisent en discours sont, en rgle gnrale, monosmiques, car le contexte linguistique et situationnel dtermine lacception exacte.
enfants ( "" 2014) ɡ 1 34 ɡ ǡ ޡ . . "" ɡ enfants " " " " O enfants dAdam, O enfants dIsral ( " " " " ɡ ) .
:" aux peuple d'Algrie " . " " . ɡ ɡ ɡ peuple peuple ڡ ɡ plbe "" ɡ la populace : le Robert, dictionnaire historique de la langue franaise .
"" ɡ " " " ..." 131 132 ɡ enfants "" " ". les enfants de la patrie de partie lAlgrie. " " " ".
ǡ ߡ ɡ ߡ ɡ ɡ .
: - - ޖ - :" ǿ"
: " aux enfants d'Algrie
aux enfants de l'Algrie " ǡ .
" enfants " .
"aux enfants de l'Algrie" " aux enfants d'Algrie .
ɡ ӡ . ɡ ɡ . ߺ " " : la guerre dAlgrie la guerre de lAlgrie " " ɡ "le roi dArabie saoudite le roi de lArabie saoudite " " le chah dIran ӫ le chah de lIran " " les Etats Unis dAmrique les Etats Unis de lAmrique ɡ " " les champions dAlgrie champions enfants ɡ les champions dEurope de lEurope . - enfants "" "" dAlgrie de lAlgrie : " ȡ ǿ"
: " " ѡ " " ( ) ȡ ɡ ɡ : les articles contracts .
:" ̡ - - ͡ " " enfants" . . :" ͡ " ͡ ɡ " " ߡ - - ǡ .
" " ߡ .
:" "
: . ... .
:" : "!
: . ɡ enfants - ͡ . ɿ . : ա ߡ .
: " "! ߡ ʡ " " - - ( . ) ! .
( ӡ ) . .
: - - ɡ ǡ .
.

[/RIGHT]
:
19 1435
: 19-04-2014
Annexe N 5:
Lettre d'un frre lecteur, traducteur? transmise via le courriel du site www.kabyliesounna.com:
N. B.: Cette lettre trs prcisment, a t le facteur dclencheur m'ayant propuls runir et publier le prsent travail
.
ϡ

L'Unicit dAllh dans la Thora, l'Evangile et le Qour'n dans la Thora, lEvangile et le Qour'n Petite ptre l'intention de notre voisin le chrtien
. (translittration) (transcription) c s . :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Romanisation_de_l%27arabe
Qour'n El Anbiy M'ida Moqranat El Adyn .
:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Transc...tt%C3%A9ration
.
:

: "" " " ( ߿)" " " ( ) .. ".." ɿ " " .. .." .." !! .. ɡ ɡ .. !! - -: ߡ ݿ " " ǡ .
.
:

( ) ... "" " " ... .... ( ) a e mach meryem c s e .
:
ǡ .. .. ...
: " " .
"" : Qour'n :
La terminologie religieuse de l'islam
Dans la langue franaise
Etude descriptive et comparative des termes islamiques
Dans le cadre de la lexicologie et de la smantique
71 155 " " ɡ ǡ 2017 :
Les procds oprant dans la smantisation des termes islamiques
21 : http://kabyliesounna.com/?p=293#_ftn22
:
- - ˡ - - - - - - ӡ .. .." - - (...) ӡ ǡ .
: ɡ : . .
:
: : ﴿ ﴾ [: 33]. Ѻ : . .
: : ﴿ ٰ ۚ ٰ ﴾ [: 108].
: : ޺ .
: - -:" ..." - -:" ǡ ..." .
ǡ .
: - -:" " ..." ǡ .
: ɡ -- ѡ " . ʡ ʡ .
.................
" " . ɡ . 69 ֡ 2012.
͡ 6/155-156 : ɡ : 4921 2/1681 : : 2130.
. 247.
Mahrazi Mohand, les concepts de base en sciences du langage, Office des Publications Universitaires, Alger, 2011, p. 143.
Dubois Jean., Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse, Paris, 1994, p.26.
adjectif ǡ ȡ " " .
" . 6.
- - " " " ".
" " 70 .
." " (4.193) " " ϡ 31 - -.
" " ѡ . 91.
" " .
. ߡ " "
" " ().
. 6.
La terminologie religieuse de l'islam dans la langue franaise , " " ɡ 2017
Dubois Jean., Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse, Paris, 1994, p. 512.
Analyse descriptive lexicosmantique de la terminologie de lIslam dans la langue franaise, cas de louvrage le Prophte de lislam de Muhammad Hamidullah, p. 108.
Dubois J., Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, aux articles emprunt, prgrinisme, et xnisme .

Mahrazi Mohand, Les concepts de base en sciences du langage, OPU, Alger, 2011, p. 56.
.
Mahrazi M., Pratique systmatique de la langue franaise, OPU, Alger, 2010, p. 128, et Dubois J., Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, p. 512.
Le Robert, dictionnaire historique de la langue franaise, Paris, 2012, p. 2166.
On peut se passer de ce signe (lesprit doux) au dbut des mots commenant par des voyelles ex. ems, eqrab, cependant on est obligatoirement tenu de le mettre au milieu des mots ex. mekhodh, aod ; mais aussi la fin des mots, ex. wr, m, etc. Cette obligation revient au fait que ce genre de mots (contenant des hmza au milieu et la fin), si on ne leur met pas ce signe, ils risquent dtre mlangs avec dautres, ex. mhol, devient mhol, mt, devient mt... Quant la lettre (e) par laquelle on transcrit le lif, celle-ci doit toujours figurer devant lif wa lm ettarf, et devant toute les lettres qui ne sont pas gmines (qui ne portent pas de chdda), ex. el beyt, el djml, ekbar, ekram, edjmel, etc. Par contre, les lettre gmines sont gnralement soit prcdes dun (a) soit dun (), mais si on veut obtenir une criture phontique plus ou moins exacte, nous devons les transcrire par la lettre e superpose dun accent grave : (), cette lettre tant tout le temps prononce comme un /e/ ouvert [ε] (hmza mftoha), correspondant plus ou moins la ftha suivie de certaines lettres, ouvertes ou gmines, ex. n-ns, n-nm, nnbl. Oui, il arrive que ce () soit plus ouvert que la ftha, mais il reste toutefois plus proche que le /a/ quon pourrait mettre la place du () dans les mmes mots pour noter la diffrence : annabl, annam, an-ns. Pour un franais ou un francophone, qui vont prononcer ces mots, cela donnera une prononciation vraiment loin de la prononciation arabe, alors que ce sont des mots arabes, des xnismes plus prcisment, et nous devons les prononcer comme en arabe. Les lettres franaises, connues du lecteur franais et francophone, sont mme de les aider raliser cette prononciation, mme sils ne sont pas habitus ces sons arabes.
En dbut et en fin de mot, ex. dhnb, dhnbn, nhou, etc. Le recours laccent grave sur le /e/ avant le /n/ est dict par le fait que le lecteur francophone est habitu prononcer des mots forms de en , qui est une voyelle nasale, ainsi [ã], lquivalent du son (an), comme dans les mots an, cent, sans, sang, temps, banc etc.
En dbut et en fin de mot, ex.
Idem pour toutes les autres lettres se terminant ainsi.
Entre les voyelles, toujours transcrire s par , ou c , pour viter la confusion avec le son [z].
Idem.
Mme principe douverture (fetfh) que pour la hmza. Le signe diacritique notant la lettre (), qui est celui-ci (), (esprit rude) doit tre nettement distingu de lesprit mou () notant la hmza. Pour lobtenir, on doit toujours appuyer sur la barre despacement et juste aprs sur la touche contenant le numro 4, en haut du clavier, gauche. Cette manuvre laisse toujours un blanc ou un espace avant ce signe, alors pour annuler cet espace, on doit revenir en arrire en appuyant sur la touche deffacement, en haut du clavier, droite.
Cours de morphosyntaxe du Pr. Belkacem Bentifou, disponible?
" " - - :
http://kabyliesounna.com/?p=1697
Extrait du CNRTL, sous Aperture, disponible sur: http://cnrtl.fr/definition/aperture
Hadith unanimement jug authentique: rapport par El Boukhr et Mouslim.
Hadith unanimement jug authentique: rapport par El Boukhr et Mouslim.
. () .
15/360 6/570.
274 5/346 2/496 4/63.
3/2060 : ɡ : 2674.
4/5 : : 2783 ɡ 2/1872 : : 2406 .
1/2 : : 1 ɡ 2/1515-1516 : : ɡ : 1907.
ѡ . 1/62 . 8 ɡ ɡ . 16 . 62 ǡ . 477.
. 4/145 2/532 19/288 3/327 ɡ 1/197 : ɡ ǡ 2/71 399 4/214 : 8/89 : 1/399 ڡ 94.
1. " " .243-246.

 : pdf ....pdf‏ (988.8 , 237)

; 02 Mar 2018 03:10 PM

« | »



- - -

Powered by vBulletin, Copyright 2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd
Salafi Tasfia & Tarbia Forums 2007-2013